Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/06/2010

les italo-sétois plus confiants que les Sétois ?

Réunis sur les pentes du Mont Saint Clair,

 ils pavoisent pendant que notre équipe de France se fait basseller comme un Pouffre.

 

italie drapeau SP_A1144 modifié.JPG

 

16/06/2010

Poufre ou Pouffre ?

Après le Poufre de Midi Libre voilà le Poufre de Total Festum

Ces Poufres là ne sont pas des pouffres sétois. Le Pouffre Sétois prend 2 ff si l'on se réfère au Sète à Dire Nouvelle Edtion Augmentée de Raymond Covès illustré par Pierre François.

Cette fèstas del "Poufre Soleil" est une fête d'Estranger de dehors. C'est une fête pour ceux de Montpellier.

Pourquoi nous Sétois et Vicomtes de Brageole d'Origine Controlée irions lancer ces Poufres dont nous ne pouvons pas prononcer le nom.

Un Pouffre se dit Pouffre et pas poufre. Vous entendez l'origine, vous la sentez avec l'oreille.

Comment faire une tielle Sétoise avec un poufre de Montpellier au lieu d'un Pouffre de Roc. Avec un poufre ça n'a pas de gout, alors qu'avec un Pouffre vous avez la mer dans la bouche.

Au lieu d'un lancer des poufres, s'il y avait un lancer de c.. on ne manquerait pas de munitions.

Allez on va se mettre de pouffre au Diégo café dans les halles  ça nous donnera des couleurs.

Bon si vous n'avez rien d'autre a faire, allez y quand même. Vous n'allez pas rester à la maison.

cliquez sur l'image pour agrandir le Poufre de Montpellier

Pouffre de Total festum.jpg

06/06/2010

Musée Paul Valéry : Quid des joutes sétoises ?

musee paul valery.jpg

La presse locale annonce la réouverture du musée Paul Valéry de Sète pour le 18 juin. Nous en prenons note.

Mais ce matin dans les halles devant un étal à poissons, Mesdames Arapète et Mandroune étaient en grande discussion sur la salle des joutes.

J'ai entendu Madame Mandroune qui disait que son mari ne comprenait pas ce que racontait la presse locale au sujet de la présence des joutes au musée. Il paraîtrait que les joutes et les arts populaires seraient mélangés et occuperaient le Rez-de-Jardin.

Mandroune disait que son mari avait compris que rez-de-jardin, ça voulait dire ras des pâquerettes.....

Les joutes Sétoises ras des pâquerettes au Musée Paul Valéry ça serait une révolution

Mais avec Mandroune il faut en prendre et en laisser, attendons le 18 Juin avant de critiquer.

12/05/2010

Le Quartier Haut de Renée Biascamano (séquence Pub)

Comme le souligne Midi Libre, la sortie du livre "Le Quartier Haut dans les années 50" écrit par Renée Biascamano est prévue le 14 Juillet. Un bon moment de lecture avec des souvenirs d'enfance, des anecdotes, des personnages ......

Cliquez sur l'article pour l'agrandir

Biascamano Renée ML du 12 Mai 2010.jpg

  Vous pourrez souscrire avant cette date

 en remplissant le bon de commande ci-après.

cliquez dessus pour l'agrandir

Biascamano Renée bon de commande Quartier Haut.jpg
Avec le bon de commande joindre un chèque de 15 € à l'ordre de Comco Edition 31 Rue du Doyenné 69005 Lyon
téléphone 04 78 92 82 01
Télécopie 04 78 42 80 69

01/05/2010

Bon 1° mai, et fais ce qu'il te plaît

muguet.jpg

Si l'on fait référence à notre hébergeur préféré (Midi LIbre)Sete. il était 251 à Sète pour défiler sur les quais.

La même photo pour la saint louis doit contenir au moins 6500 personnes. Tout dépend de l'objectif .....

"Source Midi Libre du 2 mai 2010 "

 Manifestation Un 1 er Mai pour redonner du sens au travail

Plus de 250 personnes ont participé hier à Sète à la manifestation organisée par l'Intersyndicale CGT - CFDT - FSU, à l'occasion du 1er mai, jour de la fête du travail. Parmi les thèmes revendicatifs développés hier, on notera la volonté collective « de redonner du sens au travail mais aussi de le remettre à sa place, toute sa place et rien que sa place ». En clair, « on peut se réaliser au travail s'il est accompli dans des conditions équitables ».

1° Mai 2010 photo Vincent Andorra midi libre.jpg
Photo Midi Libre "Vincent Andorra"
Statistiques V d B (vicomtes de brageole)
- Source d'issanka 25 personnes
- Source Syndicats 2501 personnes
- Sauce vicomtes de brageole 25001 personnes

01:15 Écrit par les Vicomtes De Brageole Sète dans Actualités, Blog, Politique, Traditions | Tags : 1° mai | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer |  Facebook | |

15/04/2010

LA culture Qu'es aquo ?

Par Honorine Causette

Quand un vicomte, récemment (il y a quelques mois…), me demandait au bistrot ce que je pensais du futur festival Voix vives qui doit voir le jour à Sète cette année, je lui ai dit que ce qui se faisait à Lodève précédemment était vraiment très alléchant, que chaque programmation me donnait envie d’y aller et qu’on ne pouvait rien en dire de mal. Rien.

 “Ce que ça coûte ?” Ah, oui… ce que ça coûte… “Et pour qui ?”… “Oui, bon, d’accord” je lui ai dit, “mais ça c’est une autre histoire… c’est l’histoire de LA culture, du politique qui fait son marché dans le marketing de LA culture… et ça c’est un peu long comme histoire”.

Alors le vicomte m’a dit : “t’es pas Honorine Causette des Vicomtes de Brageoles pour rien. Ecris-là, l’histoire. On a un blog : on la mettra dedans.”

La culture est un mot nouveau, en fait. Enfin, LA culture. Toutes les collectivités locales ont désormais leur politique culturelle, essentiellement faite de festivals et de soutiens à quelques initiatives portées par des artistes du cru. Avant, il n’y a pas si longtemps, LA culture n’existait pas. On parlait d’éducation du peuple, d’éducation populaire, d’émancipation collective des individus ; puis on a parlé d’animation socioculturelle parce que “éducation”, “peuple”, c’était un peu gros comme mots et vachement ambitieux comme projet ; puis le “socio” a sauté, cela faisait pouilleux un peu, on a gardé “animation culturelle” ; puis animation ça a fait plouc aussi… et, pouf (je résume), au tournant des années 80, c’est devenu LA culture. A laquelle il ne fallait pas toucher, sinon on devenait aussi ploucs que le socioculturel d’antan. Voire pire, réac, de droite… que dis-je… crypto-fasciste, même. L’horreur.

 Alors on n’a plus rien dit. On a fait le dos rond et on n’a plus osé rien dire quand tout, et avec n’importe quoi, est devenu “culture” pourvu qu’un artiste “accrédité” signe l’oeuvre en dessous, en la vendant au prix fort, c’est beaucoup plus crédible. Le politique (au sens pas noble du terme) a compris son intérêt dans l’affaire. Fallait, pour faire “branché”, ouvert aux nobles idéaux, et développer une “image attractive”, s’intéresser à LA culture. Pas celle qui faisait le miel de tous ces centres sociaux, maisons des jeunes, foyers ruraux, etc., tout au long des mois et des années, pas celle qui avait pour but cette émancipation de tous par l’apprentissage d’une vie collective au travers de pratiques sportives et culturelles.

 Non, LA culture.

 LA culture indépassable. Celle qui élève l’âme… Si on y accède. Si on n’y accède pas, il reste toujours TF1. Et alors la culture est devenu un mot “chiant”. Tout était culture et plus rien ne l’était, on était perdu, on ne savait plus où aller. Y en a qui sont restés devant TF1, du coup. Beaucoup. D’autres qui sont allés de festivals en festivals s’élever l’âme, pour un plaisir personnel qui n’avait plus grand chose de collectif. Et d’autres ont décidé d’en faire à leur tour, de LA culture, parce qu’y a pas de raison, non plus... Mais, en devenant un mot chiant, LA culture est devenue un enjeu. De pouvoir et d’argent.

Ça ne regardait plus vraiment le populo, cette affaire : ça c’est magouillé entre professionnels de la profession, politiques locaux, ministère concerné, artistes et “médiateurs culturels” de tous ordres. Une affaire de subventions qui tombent là où ailleurs, suivant le vent qu’il fait et la mode du moment. Une affaire de “marketing”.

LA culture, ça a commencé à faire joli. Un peu comme de l’éclairage sur un bâtiment public : LA culture en décor, ça fait venir le visiteur et c’est bon pour le commerce, ça donne une bonne “image”. Une image…

De temps en temps, quelques-uns ont dit : “et le public ?”. Ben oui… entre temps, avec la mise à mort de l’éducation populaire, le peuple était devenu “public”. Assez restreint, faut bien le dire, question de moyens et de désir aussi… Pourquoi aller découvrir ce que l’on ne connaît pas quand on n’a pas créé de désir ? Mais bon, c’est une autre question, ça… Bref : en devenant un gros mot incontournable, LA culture est restée le privilège de quelques-uns. Quand, dans les maisons des parents des années 60 et 70, il était bon d’avoir quelques dizaines de livres dans une petite bibliothèque, il n’en restait plus qu’une vingtaine dans les années 80. Et les parents d’aujourd’hui… ben, dans le meilleur des cas, ils ont une jolie télé et disent à leurs enfants : “c’est pas la peine que tu le lises, ils en ont fait un film”. Voilà. Soit on se satisfait de ça et on se dit que l’essentiel c’est que nos salles de théâtre soient remplies, soit on garde au cœur ce désir de l’émancipation du peuple, d’une éducation culturelle qui est aussi une éducation politique et on est bien dans la merde, isolé et souvent malheureux.

Malheureuse en l’occurrence.

Voilà, cher Vicomte, un peu tardivement, cette triste petite histoire et croyez-moi toujours votre fidèle Honorine Causette.

theatre de la mer.jpg
Sète "le théatre de la Mer"

10/04/2010

Le Conseil Municipal du 06 Avril vu par la presse locale

Revue de presse de l'après Conseil Municipal ......

CLIQUEZ SUR LES ARTICLES POUR LES AGRANDIR

Gazette 214 du 08/04/2010 Éclairage Public : Arnaque ou Économie ?

CM du 06042010 gazette du 08042010.jpg

Midi LIbre du 08/04/2010 Conseil Municipal : L'éclairage Public en surbrillance

CM du 06042010 Midi LIbrre du 08042010.jpg

Hérault du Jour du 08/04/2010 La majorité veut engager la ville sur 20 ans dans un projet, dont l'intérêt financier reste à démontrer.

Vers une privatisation de l'éclairage public.

CM du 06042010 Herault du jour du 08042010.jpg
CM du 06042010 Herault du jour du 08042010 001.jpg

Hérault du Jour du 08/04/2010 Maintien des taxes locales à un niveau élevé

Marché Publics : pouvoir accru au maire

CM du 06042010 Herault du jour du 08042010 002.jpg

Hérault du JOur du 09/04/2010 Lido. La ville veut faire porter le chapeau à l'agglo pour le retard pris dans l'ouverture des établissements de plage . Peu convaincant.

Resto de plage : on prend les mêmes et on recommence

CM du 06042010 Herault du jour du 09042010.jpg

Hérault du jour du 09/04/2010 Commerce. La ville veut harmoniser les terrasses. Après avoir élaboré une charte contraignante, elle opère une hausse des tarifs d'occupation des sols de 242%.

Traque aux vérandas de plastique.

CM du 06042010 Herault du jour du 09042010 001.jpg
Hérault du jour du 10/04/2010 Social : L'emprunt de 220000 euros, contracté par la ville, va permettre au CCAS de se moderniser mais le budget de fonctionnement reste insuffisant.
Un budget "étriqué" face à des besoins croissants
CM du 06042010 Herault du jour du 10042010.jpg
Hérault du jour du 10/04/2010 Education Nationale : TRois postes devraient être supprimés à la rentrée prochaine en primaire. Une conséquence de la politique gouvernementale.
La ville condamme les fermetures de postes
CM du 06042010 Herault du jour du 10042010 002.jpg
Midi Libre du 13/04/2010 Conseil Municipal : Chichois autour des restos de plage
CM du 06042010 Midi Libre du 13042010.jpg

01/04/2010

Flash de dernière minute : La technocratie n'a pas de limite !

Mise à jour de la réglementation des conditions d'hygiène et de sécurité au travail

Après les paquets de cigarettes ou vous pouvez lire que Fumer Tue

 fumer tue SP_A0984.jpg

Après la campagne de prévention sur l'alcool au travail

Alcool au travail a733.jpg

Nos dirigeants technocrates poussent le bouchon un peut loin et s'attaquent aux gants de travail

CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR AGRANDIR

gant SP_A1025 modifié.JPG

La connerie n'a pas de limite .....

14:54 Écrit par les Vicomtes De Brageole Sète dans Actualités, Blog, cagade'Z'actuelles, Traditions | Tags : sete, poisson d'avril, cigarettes, alcool, gants, inrs | Lien permanent | Commentaires (24) |  Imprimer |  Facebook | |

04/03/2010

Si ma tante en avait ....... !

Et si une tempête majeure frappait le bassin de Thau .....

Dans le Midi Libre du Mercredi 3Mars nous avons eu deux regards :

 1 - celui de Monsieur François Commeinhes Maire de Sète qui combattu les préconisations de l’État sur le futur Plan de Prévention (PPRI)

 2 - celui de Christophe Morgo, Conseiller Général qui prépare un ouvrage sur les zones humides et la préservation du littoral.

Aujourd’hui, en prime, chez les Vicomtes de Brageole, vous avez droit à un retour en arrière et un coup de pédale en avant.

Revenons à nos moutons :

Et si une tempête majeure frappait le bassin de Thau .....

A Sète nous avons tout prévu.

Nous avons développé la maison au toit plat. Si l'eau monte, tu montes sur le toit.

Fallait y penser ! Faut dire que nos spécialistes en béton travaillent sur ce projet depuis plus de 20 ans.

A Sète quartier de la Corniche, ils ont éliminé les toits pointus,

Eglise de la corniche 19910311.paint.JPG

 

pour aller vers le toit plat de la Cité-jardin.

villeroy cité jardin SP_A0994 modifié.JPG

Le Jardin sur la photo, aujourd'hui propriété privée, a été rajouté à cité pour préparer la population à l'idée des jardins familiaux.

Dans le cadre de l'agenda 21 (cliquez) qui verra le jour dans 4 siècles, d'où l'appellation typiquement Sétoise d'Agenda 421,(cliquez) des parcelles seront attribuées à des familles qui ne disposent d'aucun terrain privatif.

Ces jardins familiaux auront avant tout une véritable vocation sociale. Ça ressemblera au cabanon de l'époque.

La seule obligation : jardiner bio pour éviter de polluer l'étang de Thau ou du moins ce qu'il en restera.

Car avec les futures Marina, la voile, les huîtres qui meurent, ..... et la tempête majeure qui se prépare, la boucle est bouclée.

Si ma tante en avait, on l’appellerait mon oncle ! et si mon oncle en était on l’appellerait ma tante (Pierre Dac)

PS - pour les poster CLIQUEZ sur les photos

22/02/2010

Fiest'A Sète devient Fiest 'Au Bled

C'est parti, à Sète on pratique la culture intensive.

Avec les fonds du contribuable, "Voix Vives" renchérie par rapport à l'offre de Fiest'A Sète pour se payer Luz Cazal.

et Fiest'A sète qui bénéficie d'une subvention municipale pourrait avoir son premier déficit !

Midi Libre dans son article du Samedi 20 Février précise :"c'est parole contre parole"

Parole de qui ?

En attendant, il y va aussi des impôts du contribuable Sétois qui financent la guerre des festivals.

Le bulldozer culturel économico-politico Séto-Sétois est en place ..... qui va t'il encore écraser ?

fiest'asete bull 3 modifié.JPG
photo modifiée vicomte de brageole
pour le poster collector cliquez sur la photo