Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/12/2010

était ce bien nécessaire de se payer une Pub pour Lucette ?

La Mairie se paye deux pages entières de pub sur Midi Libre (notre hébergeur préféré) pour nous annoncer que la baleine de H.DIROSA s'appelle lucette.

On jette nos impôts par les fenêtres ....

Désolé pour la photo coupée en deux mais une page entière ça ne passe pas dans le "scan" des vicomtes.

P U B L I C I T E

Mascotte de Sète 001.jpg

Mascotte de Sète 002.jpg

14/12/10 Mise à jour de la note

 Un généreux mécène dont nous tairons l'identité nous a transmis par email la photo recollée .... Merci Merci Merci

Mascotte de Sète 003.jpg

22:20 Écrit par les Vicomtes De Brageole Sète dans Actualités, Animation, Loisirs/Culture, Photos/Dessins | Tags : sete, mascotte, lucette, culture | Lien permanent | Commentaires (70) |  Imprimer |  Facebook | |

09/12/2010

Mais qui sont ces généreux donateurs ? et pourquoi tant de générosité ?

La politique culturelle de la municipalité sétoise n'a pas de prix. (des millions d’€uros)

Les musées, les expos, les "festivaux" sont un véritable développement économique.

Tous les budgets sont à la hausse, le chômage et les impôts aussi.

Le service public lui est à la baisse et ce n'est pas fini.

Mais qui sont tous ces généreux donateurs qui ont décidé d'aider notre Maire à combler les budgets.

Exposition Dufy et son bilan flatteur : 40000 € sont versés par des partenaires privés.

Voix vives et ses très chères poésies : 95000 € sont versés par des mécènes et la Directrice du festival Maïthé Vallès-Bled a travaillé gratuitement .....(peut on travailler gratuitement pendant ses horaires de travail : that is the question)

l'Espace Brassens et ses succès à tous niveaux n'a eu aucun soutien

Le Miam avec son art modeste et son budget qui ne l'est moins à reçu 80000 € de mécénat.

OUI OUI OUI OUI les mécènes ne son pas fans de Georges, mais aiment Sète et sa culture €uro-logique.

Tout Sétois devrait avoir devant ses yeux la liste de ces Généreux Donateurs. Pourquoi ? pour les saluer dans la rue, et pour les remercier de faire de Sète la capitale culturelle de l'étang de thau.

Nos responsables disent que l'orientation culturelle de la politique municipale a créé quelques tensions incompréhensibles ......

C'est vrai le Sétois de Base râle.

Il râle parce qu'il ne comprend pas pourquoi ces mécènes qu'il ne connaît pas aide cette ville avec tant de générosité.

Selon le Larousse, un Mécène est une personne qui aide financièrement, par goût des arts, un artiste, un réalisateur, un savant, un organisme de recherche .....

La vraie question que le sétois se pose est la suivante :

Est-ce que pour nos mécènes Sétois l'art est une affaire de goût ? ou bien est ce que pour nos mécènes sétois l'art a le goût des affaires.

Cette photo intitulée la tâche, oeuvre d’un artiste Sétois méconnu, est à vendre.

 Si un Mécène est intéressé, qu’il se manifeste.

art modeste P08-12-10_12.05.JPG

26/11/2010

Cette avant Sète

 

Nouvel album

Cliquez  sur  "Cette Image de Sète"

 

05/11/2010

Le Conseil Municipal de Sète du 02 Novembre vu par la presse locale

Comme d'hab' cliquez sur l'article pour une lecture.

Midi Libre du 05 Novembre

Conseil Municipal : Entre deux votes, quelques chinoiseries, Vent de Chine sur un ordre du jour léger.

CM du 02112010 ML du 04 et 05112010.jpg

Hérault du Jour du 04 Novembre

Conseil Municipal : Pas de gros débat mardi soir même si l'opposition a pointé du doigt quelques éléments notamment la gestion du service de santé de la ville

CM du 02112010 HDJ du 04112010.jpg

20/09/2010

Agenda : S.A.L.S.A. et Effervescentes

 SALSA Sète Amérique Latine Semaine Artistique

c'est à Sète du 24 au 30 Septembre.

Rencontres, Films, Conférences, Débats, Expositions

CLIQUEZ

Salsa 2010 Progrversolight.pdf

Salsa 2010 Progrrectolight.pdf

 Le Lieu Noir et la ville de Balaruc les Bains présentent

Les effervescentes de Balaruc Les Bains le Samedi 25 Septembre

avec 17 représentations "arts de la rue"

les effervescentes de Balaruc les Bains.jpg

19/07/2010

1° Episode de Sète et les chichois de l'été ! les joutes Sans Domicile Fixe

Dans les "Coquetel" d'après défilé la nouvelle fait grand bruit :

1° Coquetel : "Le président de la Ligue du Languedoc Roussillon de Joutes Languedociennes jette un pavé dans le Canal Royal : Vous (la municipalité) avez supprimé la salle des joutes du Musée Paul Valéry ................"

2° Coquetel "L'adjoint à l'animation répond .....Non les joutes seront prochainement hébergées dans le hall de la Mairie et plus tard dans les anciens locaux d'IFREMER"

3° Café croissant des Vicomtes de Brageole chez Diégo

"et voilà comment on sort la salle des joutes du Musée Paul Valéry ! Si Maïté Vales Bled et Monsieur le Maire de Sète avaient lu :

Traditions, Rites et Usages dans les Joutes Languedociennes (de Jérôme Pruneau)

 Ils auraient appris que

 "Les joutes sont à Sète ce que l'oxygène est à la vie, ce que le soleil est à la terre : un indissociable "autre" qui signifie son identité. Comprendre ce lien d'affection fidèle, c'est plonger dans l'histoire des joutes, d'hier à aujourd'hui. C'est pénétrer sensiblement ce monde d'hommes au verbe haut, à l'emphase héritée d'un Brassens qui toujours chante juste les choses de la vie. C'est tomber enfin dans les eaux d'un canal jamais trop clair, mais qui raconte à lui seul les souvenirs des barques qui inlassablement "en avant partout" passent et repassent en prolongeant le rêve." (................)

Mais ils ne l'ont pas lu et ils ne savaient pas que les Joutes font parties de la culture Sétoise et qu'elles ne méritent pas d'être expulsées du Musée Paul Valéry.

Les joutes ne sont pas un produit qu'on expulse, qu'on héberge, et qu'on reloge avec des visions électoralistes.

Les joutes sont Bleues Blanches et Rouges et ne sont pas la pour servir la communication de tel ou tel système politique.

Un célèbre jouteur Sétois qui restera dans l'anonymat sur ce blog, disait dans un "Coquetel" d'après défilé. Toutes les salles du monde ne remplaceront pas la Salle des Joutes du Musée Paul Valéry.

verbatim des Vicomtes - ce n'est pas Raoul Dufy qui nous contredira

joutes hautbois sur barque.JPG

02/06/2010

INFLORESCENCES vernissage hier soir

Des fleurs mises en sens,

mises en scène Photos Robert Canault Textes M-A Hegwein-Blumberg

la Coursive, Galerie Docksud

Quai Aspirant Herber 34200SETE

du 1er au 8 juin 2010 Vernissage le 1er juin à partir de 18h30

Robert Canault expo.jpg

14/05/2010

ImageSingulières c'est parti jusqu'au 30 Mai 2010

Depuis hier soir, à Sète, le rendez vous photographique "imageSingulières" à démarré.

 http://www.imagesingulieres.com/

 imagesingulières 2010.jpg

Malgré 14 expositions, 9 lieux, 3 soirées de projection, des rencontres, des signatures de livres .... et près de 3 semaines d' ImageSingulières à Sète,

Vous ne verrez pas (clin d'œil à gilles Favier photographe-jouteur)

- la photo du lampadaire du Quartier Haut de Sète

(ce lampadaire à disparu dans le courant du mois d'août 2009 - enlevé par les services municipaux)

promesses dangereuses lampadaire modif.JPG

 - la photo de la chambre « off » de la rue Jean Vilar

Matelat chambre off SP_A1083 modifiée.JPG

 - et bien d'autres photos que nous ne diffuseront pas pour éviter la concurrence.

Comme d'hab ... pour agrandir les photos, cliquez dessus !

15/04/2010

LA culture Qu'es aquo ?

Par Honorine Causette

Quand un vicomte, récemment (il y a quelques mois…), me demandait au bistrot ce que je pensais du futur festival Voix vives qui doit voir le jour à Sète cette année, je lui ai dit que ce qui se faisait à Lodève précédemment était vraiment très alléchant, que chaque programmation me donnait envie d’y aller et qu’on ne pouvait rien en dire de mal. Rien.

 “Ce que ça coûte ?” Ah, oui… ce que ça coûte… “Et pour qui ?”… “Oui, bon, d’accord” je lui ai dit, “mais ça c’est une autre histoire… c’est l’histoire de LA culture, du politique qui fait son marché dans le marketing de LA culture… et ça c’est un peu long comme histoire”.

Alors le vicomte m’a dit : “t’es pas Honorine Causette des Vicomtes de Brageoles pour rien. Ecris-là, l’histoire. On a un blog : on la mettra dedans.”

La culture est un mot nouveau, en fait. Enfin, LA culture. Toutes les collectivités locales ont désormais leur politique culturelle, essentiellement faite de festivals et de soutiens à quelques initiatives portées par des artistes du cru. Avant, il n’y a pas si longtemps, LA culture n’existait pas. On parlait d’éducation du peuple, d’éducation populaire, d’émancipation collective des individus ; puis on a parlé d’animation socioculturelle parce que “éducation”, “peuple”, c’était un peu gros comme mots et vachement ambitieux comme projet ; puis le “socio” a sauté, cela faisait pouilleux un peu, on a gardé “animation culturelle” ; puis animation ça a fait plouc aussi… et, pouf (je résume), au tournant des années 80, c’est devenu LA culture. A laquelle il ne fallait pas toucher, sinon on devenait aussi ploucs que le socioculturel d’antan. Voire pire, réac, de droite… que dis-je… crypto-fasciste, même. L’horreur.

 Alors on n’a plus rien dit. On a fait le dos rond et on n’a plus osé rien dire quand tout, et avec n’importe quoi, est devenu “culture” pourvu qu’un artiste “accrédité” signe l’oeuvre en dessous, en la vendant au prix fort, c’est beaucoup plus crédible. Le politique (au sens pas noble du terme) a compris son intérêt dans l’affaire. Fallait, pour faire “branché”, ouvert aux nobles idéaux, et développer une “image attractive”, s’intéresser à LA culture. Pas celle qui faisait le miel de tous ces centres sociaux, maisons des jeunes, foyers ruraux, etc., tout au long des mois et des années, pas celle qui avait pour but cette émancipation de tous par l’apprentissage d’une vie collective au travers de pratiques sportives et culturelles.

 Non, LA culture.

 LA culture indépassable. Celle qui élève l’âme… Si on y accède. Si on n’y accède pas, il reste toujours TF1. Et alors la culture est devenu un mot “chiant”. Tout était culture et plus rien ne l’était, on était perdu, on ne savait plus où aller. Y en a qui sont restés devant TF1, du coup. Beaucoup. D’autres qui sont allés de festivals en festivals s’élever l’âme, pour un plaisir personnel qui n’avait plus grand chose de collectif. Et d’autres ont décidé d’en faire à leur tour, de LA culture, parce qu’y a pas de raison, non plus... Mais, en devenant un mot chiant, LA culture est devenue un enjeu. De pouvoir et d’argent.

Ça ne regardait plus vraiment le populo, cette affaire : ça c’est magouillé entre professionnels de la profession, politiques locaux, ministère concerné, artistes et “médiateurs culturels” de tous ordres. Une affaire de subventions qui tombent là où ailleurs, suivant le vent qu’il fait et la mode du moment. Une affaire de “marketing”.

LA culture, ça a commencé à faire joli. Un peu comme de l’éclairage sur un bâtiment public : LA culture en décor, ça fait venir le visiteur et c’est bon pour le commerce, ça donne une bonne “image”. Une image…

De temps en temps, quelques-uns ont dit : “et le public ?”. Ben oui… entre temps, avec la mise à mort de l’éducation populaire, le peuple était devenu “public”. Assez restreint, faut bien le dire, question de moyens et de désir aussi… Pourquoi aller découvrir ce que l’on ne connaît pas quand on n’a pas créé de désir ? Mais bon, c’est une autre question, ça… Bref : en devenant un gros mot incontournable, LA culture est restée le privilège de quelques-uns. Quand, dans les maisons des parents des années 60 et 70, il était bon d’avoir quelques dizaines de livres dans une petite bibliothèque, il n’en restait plus qu’une vingtaine dans les années 80. Et les parents d’aujourd’hui… ben, dans le meilleur des cas, ils ont une jolie télé et disent à leurs enfants : “c’est pas la peine que tu le lises, ils en ont fait un film”. Voilà. Soit on se satisfait de ça et on se dit que l’essentiel c’est que nos salles de théâtre soient remplies, soit on garde au cœur ce désir de l’émancipation du peuple, d’une éducation culturelle qui est aussi une éducation politique et on est bien dans la merde, isolé et souvent malheureux.

Malheureuse en l’occurrence.

Voilà, cher Vicomte, un peu tardivement, cette triste petite histoire et croyez-moi toujours votre fidèle Honorine Causette.

theatre de la mer.jpg
Sète "le théatre de la Mer"

06/02/2010

Le Quizz des photos

Après avoir regardé ces 2 photos (cliquez dessus pour les agrandir)

Donnez dans vos commentaires, la bonne légende.

villeroy container SP_A0963 1.JPG

villeroy container SP_A0964 2.JPG 

 

 

 

 

 

 

La Zone Portuaire de Poussan en 2058

La Médina de Tanger

La Zone Industrialo Portuaire de Sète en 2099

La Palmeraie de Marrakech

Le Port de Sète avant l'arrivée de Port Sud de France

La Médina de Fès

Le Port de Sète après l'arrivée de Port Sud de France

Villeroy, une citée jardin face à la mer

Le Port de Sète après la crise de 1929

Le Parc à containers de Villeroy

Les Apparts relais pour reloger tous les expulsés des Quartier Sud de Sète

Le future Marina de Port Sud de France

Cette liste n'est pas exhaustive vous pouvez la compléter