Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/05/2010

Sète - le Conseil Municipal du 18 Mai vu par la presse locale

Revue de presse de l'après Conseil Municipal ......

 CLIQUEZ SUR LES ARTICLES POUR LES AGRANDIR

Midi Libre du 20 Mai 2010

Conseil : Des chiffres, encore des chiffres, et une lettre

l'affaire Bou-Bouallaga

Poésie et porte-monnaie

CM du 18052010 Midi Libre du 20052010.jpg

Hérault du jour du 20 Mai 2010

Conseil Municipal. Le Maire a demandé à un élu de l'opposition de présenter des excuses publiques. "C'était une conversation privée"

CM du 18052010 HdJ du 20052010.jpg

Finances. Frais de personnel en augmentation, déficit du budget de transports et déséquilibre de celui de l'eau.

Un Budget toujours bancal

CM du 18052010 HdJ du 20052010 001.jpg

Culture. Une agence de com. a été engagée par la ville pour 29900 euros.

Encore plus d'argent pour "Voix Vives"

CM du 18052010 HdJ du 20052010 002.jpg

La Gazette n° 220 du 20 Mai 2010 Sur l'augmentation des frais de pesonnel ......

CM du 18052010 la gazette du 20052010 n° 220.jpg

14/05/2010

ImageSingulières c'est parti jusqu'au 30 Mai 2010

Depuis hier soir, à Sète, le rendez vous photographique "imageSingulières" à démarré.

 http://www.imagesingulieres.com/

 imagesingulières 2010.jpg

Malgré 14 expositions, 9 lieux, 3 soirées de projection, des rencontres, des signatures de livres .... et près de 3 semaines d' ImageSingulières à Sète,

Vous ne verrez pas (clin d'œil à gilles Favier photographe-jouteur)

- la photo du lampadaire du Quartier Haut de Sète

(ce lampadaire à disparu dans le courant du mois d'août 2009 - enlevé par les services municipaux)

promesses dangereuses lampadaire modif.JPG

 - la photo de la chambre « off » de la rue Jean Vilar

Matelat chambre off SP_A1083 modifiée.JPG

 - et bien d'autres photos que nous ne diffuseront pas pour éviter la concurrence.

Comme d'hab ... pour agrandir les photos, cliquez dessus !

12/05/2010

Le Quartier Haut de Renée Biascamano (séquence Pub)

Comme le souligne Midi Libre, la sortie du livre "Le Quartier Haut dans les années 50" écrit par Renée Biascamano est prévue le 14 Juillet. Un bon moment de lecture avec des souvenirs d'enfance, des anecdotes, des personnages ......

Cliquez sur l'article pour l'agrandir

Biascamano Renée ML du 12 Mai 2010.jpg

  Vous pourrez souscrire avant cette date

 en remplissant le bon de commande ci-après.

cliquez dessus pour l'agrandir

Biascamano Renée bon de commande Quartier Haut.jpg
Avec le bon de commande joindre un chèque de 15 € à l'ordre de Comco Edition 31 Rue du Doyenné 69005 Lyon
téléphone 04 78 92 82 01
Télécopie 04 78 42 80 69

02/05/2010

Passe montagne, Retraites et tutti quanti

passe montagne.jpg

Arapète et Mandroune samedi sous la pendule du marché

 Arapète - Alors ton mari qu'est qu'il en pense ?

 Mandroune - De quoi ?

 Arapète - Hébé de l'age de la retraite pardi !

 Mandroune - il s'en fou de l'age de la retraite, mon mari en ce moment ce qui l'intéresse c'est le Passe Montage !

 Arapète - ha ! il fait de l'alpinisme ?

 Mandroune - Mais non, un Passe Montagne c'est une cagoule pour aller à la chasse ou à la pêche l'hiver ! Avec toutes ces interdictions, il a peur qu'on lui niq-la cagoule.

 Arapète - Pourquoi ? il conduit avec la cagoule ?

 Mandroune - Bien sur ! Tu sais l'hiver en moto, quand tu vas au bord de l'étang chasser le canard, ou sous les ponts pêcher un loup, avec un passe montagne tu ne te gèle pas les c...... testicules.

 Arapète - ha ! Il met une cagoule à la place du caleçon ?

 Mandroune - ho putain mais t'es dans les nuages ! tè en parlant de nuage, qu'est ce qu'il en pense le tien de mari ?

 Arapète - De quoi, de l'age de la retraite ?

 Mandroune - Mais non du nuage de poussière ....

 Arapète - ha ce nuage ! Mon mari je ne sais pas ce qu'il en pense mais moi je crois qu'il va nous revenir plus cher que le déficit des caisses de retraite !

 Mandroune - ho putain ! tu vas me faire manquer le car pour le quartier haut !

 Arapète - tu peux monter à pied, les conducteurs sont en grève, !

 Mandroune - et pourquoi ?

 Arapète - parce que le fils de "Volandor" il a pris un catchamoure en plein sur le nez, et ça c 'est grave, c'est comme la fessée. Si quant t'étais petit t'as reçu une fessée, et bé quand t'es grand tu donnes des fessées . Alors quand t'es grand, si tu reçois un catchamoure, et bé quand un client monte dans l'autobus tu lui donnes des catchamoures.

 Mandroune - Alors je monte à pied, et en plus ça fait écolo ..... je décone, ça fait écono ... miser !

 

 retraite.jpg

Pour obtenir un poster à afficher sur le mur de votre chambre cliquez sur l'image

29/04/2010

LA culture Qu'es aquo ? (suite 1)

Actualité oblige, et si nous parlions argent !

Dans son article du 29 avril Midi LIbre nous informe que le Conseil Général ne donnera pas suite à la demande de subvention de la ville pour le festival de poésie porté par Maîthé Vallès-Bled.

Selon le Conseil Général, le budget est équilibré par des recettes ou figurent des subventions non obtenues.

Selon la ville, ce n'est pas une surprise, la demande avait été faite pour la forme et sans trop de conviction.

Vivement l'avis des autres institutions sollicitées : l'Etat, la Région ......

Sinon qui va payer le déséquilibre : les Sétois ? NoooooNnnn !

Pour lecture cliquez sur l'article

Voix vives Midi Libre du 29042010.jpg

15/04/2010

LA culture Qu'es aquo ?

Par Honorine Causette

Quand un vicomte, récemment (il y a quelques mois…), me demandait au bistrot ce que je pensais du futur festival Voix vives qui doit voir le jour à Sète cette année, je lui ai dit que ce qui se faisait à Lodève précédemment était vraiment très alléchant, que chaque programmation me donnait envie d’y aller et qu’on ne pouvait rien en dire de mal. Rien.

 “Ce que ça coûte ?” Ah, oui… ce que ça coûte… “Et pour qui ?”… “Oui, bon, d’accord” je lui ai dit, “mais ça c’est une autre histoire… c’est l’histoire de LA culture, du politique qui fait son marché dans le marketing de LA culture… et ça c’est un peu long comme histoire”.

Alors le vicomte m’a dit : “t’es pas Honorine Causette des Vicomtes de Brageoles pour rien. Ecris-là, l’histoire. On a un blog : on la mettra dedans.”

La culture est un mot nouveau, en fait. Enfin, LA culture. Toutes les collectivités locales ont désormais leur politique culturelle, essentiellement faite de festivals et de soutiens à quelques initiatives portées par des artistes du cru. Avant, il n’y a pas si longtemps, LA culture n’existait pas. On parlait d’éducation du peuple, d’éducation populaire, d’émancipation collective des individus ; puis on a parlé d’animation socioculturelle parce que “éducation”, “peuple”, c’était un peu gros comme mots et vachement ambitieux comme projet ; puis le “socio” a sauté, cela faisait pouilleux un peu, on a gardé “animation culturelle” ; puis animation ça a fait plouc aussi… et, pouf (je résume), au tournant des années 80, c’est devenu LA culture. A laquelle il ne fallait pas toucher, sinon on devenait aussi ploucs que le socioculturel d’antan. Voire pire, réac, de droite… que dis-je… crypto-fasciste, même. L’horreur.

 Alors on n’a plus rien dit. On a fait le dos rond et on n’a plus osé rien dire quand tout, et avec n’importe quoi, est devenu “culture” pourvu qu’un artiste “accrédité” signe l’oeuvre en dessous, en la vendant au prix fort, c’est beaucoup plus crédible. Le politique (au sens pas noble du terme) a compris son intérêt dans l’affaire. Fallait, pour faire “branché”, ouvert aux nobles idéaux, et développer une “image attractive”, s’intéresser à LA culture. Pas celle qui faisait le miel de tous ces centres sociaux, maisons des jeunes, foyers ruraux, etc., tout au long des mois et des années, pas celle qui avait pour but cette émancipation de tous par l’apprentissage d’une vie collective au travers de pratiques sportives et culturelles.

 Non, LA culture.

 LA culture indépassable. Celle qui élève l’âme… Si on y accède. Si on n’y accède pas, il reste toujours TF1. Et alors la culture est devenu un mot “chiant”. Tout était culture et plus rien ne l’était, on était perdu, on ne savait plus où aller. Y en a qui sont restés devant TF1, du coup. Beaucoup. D’autres qui sont allés de festivals en festivals s’élever l’âme, pour un plaisir personnel qui n’avait plus grand chose de collectif. Et d’autres ont décidé d’en faire à leur tour, de LA culture, parce qu’y a pas de raison, non plus... Mais, en devenant un mot chiant, LA culture est devenue un enjeu. De pouvoir et d’argent.

Ça ne regardait plus vraiment le populo, cette affaire : ça c’est magouillé entre professionnels de la profession, politiques locaux, ministère concerné, artistes et “médiateurs culturels” de tous ordres. Une affaire de subventions qui tombent là où ailleurs, suivant le vent qu’il fait et la mode du moment. Une affaire de “marketing”.

LA culture, ça a commencé à faire joli. Un peu comme de l’éclairage sur un bâtiment public : LA culture en décor, ça fait venir le visiteur et c’est bon pour le commerce, ça donne une bonne “image”. Une image…

De temps en temps, quelques-uns ont dit : “et le public ?”. Ben oui… entre temps, avec la mise à mort de l’éducation populaire, le peuple était devenu “public”. Assez restreint, faut bien le dire, question de moyens et de désir aussi… Pourquoi aller découvrir ce que l’on ne connaît pas quand on n’a pas créé de désir ? Mais bon, c’est une autre question, ça… Bref : en devenant un gros mot incontournable, LA culture est restée le privilège de quelques-uns. Quand, dans les maisons des parents des années 60 et 70, il était bon d’avoir quelques dizaines de livres dans une petite bibliothèque, il n’en restait plus qu’une vingtaine dans les années 80. Et les parents d’aujourd’hui… ben, dans le meilleur des cas, ils ont une jolie télé et disent à leurs enfants : “c’est pas la peine que tu le lises, ils en ont fait un film”. Voilà. Soit on se satisfait de ça et on se dit que l’essentiel c’est que nos salles de théâtre soient remplies, soit on garde au cœur ce désir de l’émancipation du peuple, d’une éducation culturelle qui est aussi une éducation politique et on est bien dans la merde, isolé et souvent malheureux.

Malheureuse en l’occurrence.

Voilà, cher Vicomte, un peu tardivement, cette triste petite histoire et croyez-moi toujours votre fidèle Honorine Causette.

theatre de la mer.jpg
Sète "le théatre de la Mer"

06/03/2010

le Conseil Municipal du 02 Mars vu par la presse locale

Pour les expatriés qui ne reçoivent pas la presse, et pour ceux qui ne peuvent pas se la payer, nous mettons en ligne les articles de presse sortis après le Conseil Municipal sur le Budget.

Nous ne ferons pas de commentaire, pour rester dans l'impartialité la plus totale et pour éviter de perdre notre subvention ......

Midi LIbre du 4 Mars 2010 : Conseil Municipal 700 000 € pour le musée Paul Valéry, Baptêmes, Distribution de fonds.

Conseil Municipal Budget 2010 Midi libre 04032010.jpg

Hérault du Jour du 4 Mars 2010 : Une situation financière toujours très tendue. Eau : Un budget dans le rouge !

Conseil Municipal Budget 2010 Hérault du Jour 04032010.jpg Conseil Municipal Budget 2010 Hérault du Jour 04032010 001.jpg

Cliquez sur les articles pour les agrandir ou alors servez vous d'une loupe

22/02/2010

Fiest'A Sète devient Fiest 'Au Bled

C'est parti, à Sète on pratique la culture intensive.

Avec les fonds du contribuable, "Voix Vives" renchérie par rapport à l'offre de Fiest'A Sète pour se payer Luz Cazal.

et Fiest'A sète qui bénéficie d'une subvention municipale pourrait avoir son premier déficit !

Midi Libre dans son article du Samedi 20 Février précise :"c'est parole contre parole"

Parole de qui ?

En attendant, il y va aussi des impôts du contribuable Sétois qui financent la guerre des festivals.

Le bulldozer culturel économico-politico Séto-Sétois est en place ..... qui va t'il encore écraser ?

fiest'asete bull 3 modifié.JPG
photo modifiée vicomte de brageole
pour le poster collector cliquez sur la photo

04/02/2010

Una lacrima sul viso

Cétait le bon temps, nous avions 50 ans de moins


Bobby Solo - Una lacrima sul viso
envoyé par Salut-les-copains.

SUITE et FIN

 


Les larmes de crocodiles - BTS M1 que du bonheur !
envoyé par mfily. - Cliquez pour voir plus de vidéos marrantes.

09/01/2010

conclusion du débat sur l'identité Sétoise

 

"la perfection ne se définie pas ! elle s'acquiert"

Merci à tous les gabache-italo-arabesque-ispano-andalou- qui ont bien voulu participer à ce débat et jouer le jeu.

courronne couleur.JPG