Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/08/2010

6° Episode de Sète et les chichois de l'été ! Bouillon de Culture à la Sétoise

Dans le 5° épisode des chichois de l'été nous avons abordé la souffrance muette de l'anchois, et vous amis lecteurs, avez dérivé vers un bouillon de culture.

En abordant les débords municipaux sur la culture, les traditions, et notre folklore ! peut être que ce billet se terminera en soupe de requins.

Tout d'abord, avec 32049 spectateurs les voix vives de Maïté Vales Bled talonnent les créations d'emplois de Christine Lagarde (36000) et font mieux que le lundi de la Saint Louis à 17 h .... en nombre de spectateurs (hors télévision) !

voix vives presse 2010 008.jpgvoix vives presse 2010 009.jpg

Ensuite, la salle des joutes qui sert de décoration dans le couloir du premier étage de la Maire ! Curieuse exposition, Drôle de tradition, et quel manque de respect .......... pour la culture sétoise. (c'est le journal local qui répond à la place de Monsieur Le Maire)

musee paul valery salle des joutes 001.jpg

A moins que ..... les joutes retournent au Musée Paul Valéry si l'on considère que le panneau de la grille d'entrée est d'actualité !

Musee paul valery DSC03311.JPG

Après il y a le MIAM .... et le glouglou, nous entendons dire par-ci par-là que son fonctionnement actuel est remis en question .... (trop cher, c'est la Mandroune qui nous l'a dit)

Et l'ex-école Victor Hugo qui abrite Tchouche et qui ne loge pas Carlouche ? C'est pour quand cette grande maison de l'abri-culture du quai des moulins annoncée pendant la campagne des municipales ?

Et le feuilleton de l'année ? celui que l'on peut suivre sur la page locale du Midi Libre, (notre hébergeur préféré) Il parait qu'une maison de retraite sétoise recherche un traducteur qui parle le Mercrossois. (CDD pour le début, CDI si 36 épisodes supplémentaires.)

Et nos écrivains Sétois ? (enfin presque sétois)  ne les oublions pas !

Gaston Macone

Chronique d'un siècle tome 2.jpg
Jean Jacques Gény et 24 co-auteurs
sete au coeur des mots et des couleurs.jpg
Bretzel Desète
bretzel de sete Mes chers sétois.jpg
Renée Biascamano
Le quartier haut des années 50.jpg

 Et la Saint Louis ? dans un cadre tellement aseptisé, qu'un sétois n'y retrouverait pas ses racines. (principe de précaution ou engrenage de la médiatisation)

Saint Louis Avant

Saint Louis 1900 000_001[2].jpg

Le cadre Aujourd'hui

Saint Louis 2010 IMG_0202.JPG
Allez nous vous souhaitons un bon appétit pour ce bouillon de culture
N'oubliez pas pour agrandir un article ou un photo cliquez dessus

30/07/2010

4° Épisode de Sète et les chichois de l'été ! La présentation de la Saint Louis, un écran de fumée qui cache la disparition de la salle des joutes du Musée Paul Valéry.

Nous avons pris note dans le Midi Libre de ce matin, que Monsieur Pierre Nocca, que nous saluons, sera l'invité d'honneur de la Saint Louis. BRAVO !

Nous prenons note également que l'art sera associé aux joutes cette année avec 3 expositions. (Hôtel de ville, Église des Pénitents Blancs et Salle Peschot.) Quand on fait disparaître la salle des joutes du Musée Paul Valéry, comme écran de fumée on ne peut pas faire mieux.

Au fait nous rappelons à Midi Libre (notre hébergeur préféré) que dans les joutes Monsieur Pierre Nocca est aussi le Père du Bronze du Mémorial Paul Di stéfano.

saint louis 2010.jpg

29/07/2010

Le Conseil Municipal du 27 Juillet vu par la presse locale et quelques exclusivités Vicomte de Brageole !

Comme d'hab cliquez sur les articles pour les grossir

Midi Libre du 28 Juillet : Biodiversité poésie et un nouvel adjoint.

CM du 27072010 ML du 28072010.jpg

Hérault du Jour du 29 Juillet : Malgré la venue de poètes en début de séance, il n'y a pas eu d'envolée lyrique lors du conseil de Mardi soir.

 "L'éco-tartuferie" de la politique municipale

CM du 27072010 HdJ du 29072010.jpg

 Au fil du conseil

CM du 27072010 HdJ du 29072010 001.jpg
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Exclusivité Vicomte de brageole :

Le poème de Marion Devineau Conseillère Municipale devant le Conseil Municipal

Toutes ces décisions, qui concernent Voix Vives

M'ont laissé , je l'avoue, un peu sur le qui vive.

Pour, à ce festival, apporter mon offrande,

Ou plutôt ma vision, sans qu'elle nous coûte sou,

Ces Voix Vives aujourd'hui, de plus en plus gourmandes,

 J'ai choisi d'évoquer ,en vers ,de bout en bout

Et de flatter ainsi votre soudain attrait

tant pour la poésie, que pour ses à côtés.

Les sommes engagées, semblent démesurées

n'étant pas justifiées, par la nécessité

de remplir, en été, tous nos estaminets :

Touristes, visiteurs, très nombreux estivants

en plein mois de juillet, sont toujours bien friands

de notre Grande Bleue, ainsi que du beau temps

A quoi bon empiler, cette époque de l'année,

Au risque de galvauder, par sa promiscuité,

un festival de plus, perdu dans la nuée

de ces animations, dont vous vous réclamez ?

Le Sétois payera, il y est habitué.

Mais peut s'interroger sur les priorités

Voir(e) se demander, si c'est une bonne idée

Que de payer plus cher qu’il ne l’a jamais fait !

Pour trois cent mille euros. et demain quoi en sus ?

Ces rimes et ces vers sont dignes de Crésus !

La Question posée par Michel Gailhard, Conseiller municipal « Tous pour Sète »

 avant l’ouverture de l’ordre du jour du Conseil municipal :

Nous voulons exprimer dans cette enceinte l’émotion qui agite la ville depuis quelques semaines, jusqu’à celle manifestée par le Président de la Ligue.

Dans la version relookée du Musée Paul Valéry, la salle des joutes a disparu. Seul vestige, quatre pavois accrochés à un mur. C’est d’ailleurs en catimini que s’est faite cette suppression.

Qui a pris la décision ? Qui a été mis au courant ? Bien peu de monde ! Pas les élus, notamment.

Le Musée de la Ville n’est-il plus « Musée des Arts et Traditions populaires » ?

Par la volonté de qui ? Pas du Conseil municipal !

Notons d’ailleurs une incohérence. Vous mettez en avant, Monsieur le Maire, la renommée internationale du Tournoi de Joutes du lundi de la Saint Louis : Comment pouvez-vous en même temps balayer d’un revers de manche cette expression et cette mémoire de notre patrimoine qu’était la salle des joutes, salle qui appartient au Musée depuis des lustres.

On entend dire – mais que croire ? – que les joutes seront exposées dans le hall de la mairie. Mais, Monsieur le Maire, une exposition, c’est temporaire, un patrimoine, c’est permanent.

La salle des joutes appartient aux Sétois, à notre mémoire collective. Elle doit être restituée à la Ville. Dans le Musée.

Notre question est simple : quand ?

Réponse du Maire : Ce point n’est pas à l’ordre du jour et ne peut donc faire que l’objet d’une question diverse après avoir épuisé l’ordre du jour du conseil.

Après l’examen de la dernière question de l’ordre du jour du Conseil, M. Gailhard a rappelé au Maire son engagement ; celui-ci a refusé de répondre et a quitté la salle.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mise à jour du 30 juillet

Midi Libre du 30 Juillet 2010

CM du 27072010 ML du 30072010.jpg

19/07/2010

1° Episode de Sète et les chichois de l'été ! les joutes Sans Domicile Fixe

Dans les "Coquetel" d'après défilé la nouvelle fait grand bruit :

1° Coquetel : "Le président de la Ligue du Languedoc Roussillon de Joutes Languedociennes jette un pavé dans le Canal Royal : Vous (la municipalité) avez supprimé la salle des joutes du Musée Paul Valéry ................"

2° Coquetel "L'adjoint à l'animation répond .....Non les joutes seront prochainement hébergées dans le hall de la Mairie et plus tard dans les anciens locaux d'IFREMER"

3° Café croissant des Vicomtes de Brageole chez Diégo

"et voilà comment on sort la salle des joutes du Musée Paul Valéry ! Si Maïté Vales Bled et Monsieur le Maire de Sète avaient lu :

Traditions, Rites et Usages dans les Joutes Languedociennes (de Jérôme Pruneau)

 Ils auraient appris que

 "Les joutes sont à Sète ce que l'oxygène est à la vie, ce que le soleil est à la terre : un indissociable "autre" qui signifie son identité. Comprendre ce lien d'affection fidèle, c'est plonger dans l'histoire des joutes, d'hier à aujourd'hui. C'est pénétrer sensiblement ce monde d'hommes au verbe haut, à l'emphase héritée d'un Brassens qui toujours chante juste les choses de la vie. C'est tomber enfin dans les eaux d'un canal jamais trop clair, mais qui raconte à lui seul les souvenirs des barques qui inlassablement "en avant partout" passent et repassent en prolongeant le rêve." (................)

Mais ils ne l'ont pas lu et ils ne savaient pas que les Joutes font parties de la culture Sétoise et qu'elles ne méritent pas d'être expulsées du Musée Paul Valéry.

Les joutes ne sont pas un produit qu'on expulse, qu'on héberge, et qu'on reloge avec des visions électoralistes.

Les joutes sont Bleues Blanches et Rouges et ne sont pas la pour servir la communication de tel ou tel système politique.

Un célèbre jouteur Sétois qui restera dans l'anonymat sur ce blog, disait dans un "Coquetel" d'après défilé. Toutes les salles du monde ne remplaceront pas la Salle des Joutes du Musée Paul Valéry.

verbatim des Vicomtes - ce n'est pas Raoul Dufy qui nous contredira

joutes hautbois sur barque.JPG

06/06/2010

Musée Paul Valéry : Quid des joutes sétoises ?

musee paul valery.jpg

La presse locale annonce la réouverture du musée Paul Valéry de Sète pour le 18 juin. Nous en prenons note.

Mais ce matin dans les halles devant un étal à poissons, Mesdames Arapète et Mandroune étaient en grande discussion sur la salle des joutes.

J'ai entendu Madame Mandroune qui disait que son mari ne comprenait pas ce que racontait la presse locale au sujet de la présence des joutes au musée. Il paraîtrait que les joutes et les arts populaires seraient mélangés et occuperaient le Rez-de-Jardin.

Mandroune disait que son mari avait compris que rez-de-jardin, ça voulait dire ras des pâquerettes.....

Les joutes Sétoises ras des pâquerettes au Musée Paul Valéry ça serait une révolution

Mais avec Mandroune il faut en prendre et en laisser, attendons le 18 Juin avant de critiquer.

20/05/2010

à Sète l'apéro facebook veut faire mieux que les bars à quais de la saint louis ? c'est pas possible !!!!!

Lu dans Midi Libre qu'un apéro géant est prévu dimanche à Sète ! et en plus sur la place du Poufre. (1)

selon le Sète à Dire de Raymond Coves

 (1) se mettre de Pouffre avec 2 f à pouffre : se saouler

 (1) Pouffre : non local du poulpe, céphalopode à la chair particulièrement gouteuse, dont on se sert pour confectionner la spécialité nationale sétoise (note vicomte de brageole : rien a voir avec le poulpe d'Agde ou de Frontignan)

 (1) Pouffre : vétements du jouteur tombé à l'eau

 Au fait ! ne dit-on pas Boire ou ne pas Boire "that is the question"

Lire la suite

12/05/2010

Le Quartier Haut de Renée Biascamano (séquence Pub)

Comme le souligne Midi Libre, la sortie du livre "Le Quartier Haut dans les années 50" écrit par Renée Biascamano est prévue le 14 Juillet. Un bon moment de lecture avec des souvenirs d'enfance, des anecdotes, des personnages ......

Cliquez sur l'article pour l'agrandir

Biascamano Renée ML du 12 Mai 2010.jpg

  Vous pourrez souscrire avant cette date

 en remplissant le bon de commande ci-après.

cliquez dessus pour l'agrandir

Biascamano Renée bon de commande Quartier Haut.jpg
Avec le bon de commande joindre un chèque de 15 € à l'ordre de Comco Edition 31 Rue du Doyenné 69005 Lyon
téléphone 04 78 92 82 01
Télécopie 04 78 42 80 69

15/04/2010

LA culture Qu'es aquo ?

Par Honorine Causette

Quand un vicomte, récemment (il y a quelques mois…), me demandait au bistrot ce que je pensais du futur festival Voix vives qui doit voir le jour à Sète cette année, je lui ai dit que ce qui se faisait à Lodève précédemment était vraiment très alléchant, que chaque programmation me donnait envie d’y aller et qu’on ne pouvait rien en dire de mal. Rien.

 “Ce que ça coûte ?” Ah, oui… ce que ça coûte… “Et pour qui ?”… “Oui, bon, d’accord” je lui ai dit, “mais ça c’est une autre histoire… c’est l’histoire de LA culture, du politique qui fait son marché dans le marketing de LA culture… et ça c’est un peu long comme histoire”.

Alors le vicomte m’a dit : “t’es pas Honorine Causette des Vicomtes de Brageoles pour rien. Ecris-là, l’histoire. On a un blog : on la mettra dedans.”

La culture est un mot nouveau, en fait. Enfin, LA culture. Toutes les collectivités locales ont désormais leur politique culturelle, essentiellement faite de festivals et de soutiens à quelques initiatives portées par des artistes du cru. Avant, il n’y a pas si longtemps, LA culture n’existait pas. On parlait d’éducation du peuple, d’éducation populaire, d’émancipation collective des individus ; puis on a parlé d’animation socioculturelle parce que “éducation”, “peuple”, c’était un peu gros comme mots et vachement ambitieux comme projet ; puis le “socio” a sauté, cela faisait pouilleux un peu, on a gardé “animation culturelle” ; puis animation ça a fait plouc aussi… et, pouf (je résume), au tournant des années 80, c’est devenu LA culture. A laquelle il ne fallait pas toucher, sinon on devenait aussi ploucs que le socioculturel d’antan. Voire pire, réac, de droite… que dis-je… crypto-fasciste, même. L’horreur.

 Alors on n’a plus rien dit. On a fait le dos rond et on n’a plus osé rien dire quand tout, et avec n’importe quoi, est devenu “culture” pourvu qu’un artiste “accrédité” signe l’oeuvre en dessous, en la vendant au prix fort, c’est beaucoup plus crédible. Le politique (au sens pas noble du terme) a compris son intérêt dans l’affaire. Fallait, pour faire “branché”, ouvert aux nobles idéaux, et développer une “image attractive”, s’intéresser à LA culture. Pas celle qui faisait le miel de tous ces centres sociaux, maisons des jeunes, foyers ruraux, etc., tout au long des mois et des années, pas celle qui avait pour but cette émancipation de tous par l’apprentissage d’une vie collective au travers de pratiques sportives et culturelles.

 Non, LA culture.

 LA culture indépassable. Celle qui élève l’âme… Si on y accède. Si on n’y accède pas, il reste toujours TF1. Et alors la culture est devenu un mot “chiant”. Tout était culture et plus rien ne l’était, on était perdu, on ne savait plus où aller. Y en a qui sont restés devant TF1, du coup. Beaucoup. D’autres qui sont allés de festivals en festivals s’élever l’âme, pour un plaisir personnel qui n’avait plus grand chose de collectif. Et d’autres ont décidé d’en faire à leur tour, de LA culture, parce qu’y a pas de raison, non plus... Mais, en devenant un mot chiant, LA culture est devenue un enjeu. De pouvoir et d’argent.

Ça ne regardait plus vraiment le populo, cette affaire : ça c’est magouillé entre professionnels de la profession, politiques locaux, ministère concerné, artistes et “médiateurs culturels” de tous ordres. Une affaire de subventions qui tombent là où ailleurs, suivant le vent qu’il fait et la mode du moment. Une affaire de “marketing”.

LA culture, ça a commencé à faire joli. Un peu comme de l’éclairage sur un bâtiment public : LA culture en décor, ça fait venir le visiteur et c’est bon pour le commerce, ça donne une bonne “image”. Une image…

De temps en temps, quelques-uns ont dit : “et le public ?”. Ben oui… entre temps, avec la mise à mort de l’éducation populaire, le peuple était devenu “public”. Assez restreint, faut bien le dire, question de moyens et de désir aussi… Pourquoi aller découvrir ce que l’on ne connaît pas quand on n’a pas créé de désir ? Mais bon, c’est une autre question, ça… Bref : en devenant un gros mot incontournable, LA culture est restée le privilège de quelques-uns. Quand, dans les maisons des parents des années 60 et 70, il était bon d’avoir quelques dizaines de livres dans une petite bibliothèque, il n’en restait plus qu’une vingtaine dans les années 80. Et les parents d’aujourd’hui… ben, dans le meilleur des cas, ils ont une jolie télé et disent à leurs enfants : “c’est pas la peine que tu le lises, ils en ont fait un film”. Voilà. Soit on se satisfait de ça et on se dit que l’essentiel c’est que nos salles de théâtre soient remplies, soit on garde au cœur ce désir de l’émancipation du peuple, d’une éducation culturelle qui est aussi une éducation politique et on est bien dans la merde, isolé et souvent malheureux.

Malheureuse en l’occurrence.

Voilà, cher Vicomte, un peu tardivement, cette triste petite histoire et croyez-moi toujours votre fidèle Honorine Causette.

theatre de la mer.jpg
Sète "le théatre de la Mer"

17/02/2010

gouverner la descente de la bourse, c’est prévoir !

discussion ce matin sous la pendule ...... du marché

"Quiaquiaroune" je te trouve pas dans ton assiette, t'es malade ?

 "Roumégaïre" Non je rentre, je suis gelé, je surveille les travaux du quai de la résistance !

 "Quiaquiaroune" Tu travailles ? attention de pas attraper des ampoules aux mains (rires) ha ha ha .

 "Roumégaïre" ho counas je travaille pas, je surveille la descente de la Bourse, je crois qu'ils vont nous supprimer le trottoir qui se trouve du coté de la rampe !

 "Quiaquiaroune" tu rigoles ? et ou on va se mettre pour le défilé de la Saint Louis, ?

 "Roumégaïre" t'iras à l'hôtel de Paris (rires) hé hé hé

joutes descente de la bourse 1908.jpg

 "Quiaquiaroune" tu crois que je dors quand les jouteurs descendent la bourse ... enfin quand même t'es empégué. Et puis tu sais "y a pas que le défilé", un de ces 4 matins, t'as un jobard qui va accrocher la rampe avec un camion et patatras.

C'est pas des conneries, d'ici qu'en plus ça tombe sur une femme qui promène un landau avec deux enfants et c est complet ! 2 morts et une tuée.

 "Roumégaïre" ho toi tu vois des noirs partout

 "Quiaquiaroune" non non j'y voie bien, j'anticipe, tu sais comme on dit : gouverner c'est prévoir ..... et j 'ai l'impression qu'on prévoit rien du tout.

"Roumégaïre" t'as raison gouverner c'est prévoir ! mais peut être qu'ils vont la remplacer la rampe, ils vont en mettre une en béton durable, tu sais le béton comme à la corniche

 "Quiaquiaroune" Et la vielle rampe c'est dommage ? ou est ce qu'ils vont la mettre ?

 "Roumégaïre" Il en manque pas de la place, quelqu'un a déjà du se l'aganter dans la tête, tu sais regarde le lampadaire du Quartier Haut, il a bel et bien disparu, alors la rampe !!!!

descente de la bourse SP_A0981 modifié.JPG

 "Quiaquiaroune" Allez je vais chez Diégo

 "Roumégaïre" Et moi je monte au Quartier Haut.

NB - pour agrandir les photos, cliquez dessus

09/01/2010

conclusion du débat sur l'identité Sétoise

 

"la perfection ne se définie pas ! elle s'acquiert"

Merci à tous les gabache-italo-arabesque-ispano-andalou- qui ont bien voulu participer à ce débat et jouer le jeu.

courronne couleur.JPG