Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/02/2011

Pirouette .... Cacahuète ... pour les conchyliculteurs !

Il était un bel étang, pirouette cacahuète

il était un bel étang, avec ses conchyliculteurs

avec ses conchyliculteurs

 

Ses coquillages étaient très bons, Les analyses disaient NON NON

Les analyses disaient NON NON

 

Tous les conchyliculteurs, pirouette cacahuète

affichaient leur mauvaise humeur

affichaient leur mauvaise humeur

 

Des pneus ils ont stocké, En Colère ils les ont brûlés

En Colère ils les ont brûlés

 

Les politiques sont arrivés, pirouette cacahuète

50 jours étaient passés

50 jours étaient passés

 

Ils n'avaient rien à raconter, La pollution c'est terminé

La pollution c'est terminé

 

Jusqu'à Paris ils sont allés, Pirouette cacahuète

des solutions ils ont cherché

des solutions ils ont cherché

 

Qui cherche trouve ils ont trouvé ! Les coquillages étaient lavés

Les coquillages étaient lavés

 

Les microbes ont disparu, pirouette cacahuète

Les jours perdus sont bien perdus

Les jours perdus sont bien perdus

 

La morale de cette histoire, Faut pas se laisser conter d'histoire

Faut pas se laisser conter d'histoire

Pirouette cacahuète, Pirouette cacahuète, Pirouette cacahuète, Pirouette cacahuète

 

Mini Revue de Presse du 17 Février 2011

sete,étang de thau,huitre de bouzigues,conchyliculturesete,étang de thau,huitre de bouzigues,conchyliculture

Commentaires

Qui peut encore avoir confiance aux coquillages de l'étang de Thau ?

Scientifiquement les coquillages sont impropres à la consommation. Une volonté politique prè-cantonale fait le forcing. Et par enchantement les coquillages deviennent consommables.

Je résume, hier si j'en avais consommé, j'aurais été malade comme un chien. Aujourd'hui grâce à nos élus je peux en consommer et je n'aurais pas le moindre inconvénient gastrique.

On appelle cela une vaste fumisterie. On se fou de la gueule de qui dans cette affaire ?

Étonnant ! Non ?

Écrit par : camelio Jean-Louis | 18/02/2011

Si il vous reste des coquillages d'hier, je vous en prie au moins n'en mangez pas, vous risquez gros, détruisez les immédiatement et avant de les jeter, neutralisez les avec de l'eau de javel pour qu'ils n'intoxiquent pas des malheureux SDF qui viendraient par hasard fouiller vos poubelles.

Aujourd'hui courrez acheter des coquillages, les politiques les ont désinfectés dans la nuit d'un coup de baguette magique, vous ne risquez absolument rien, ils vous l'affirment et surtout n'oublier pas de voter pour eux, ou bien pour ceux qu'il soutiennent aux cantonales, enfin si vous êtes toujours vivants.

Écrit par : camelio Jean-Louis | 18/02/2011

A propos des cantonales, j'aimerais que les internautes me donne les résultats afin de voir celui qui a les pronostics les plus justes .


Et bonne journée

Écrit par : zappatore | 18/02/2011

ca y est ! je suis mort, j'ai mangé a midi dans un resto de renommé, des huitres de l'étang de thau.

c'était excellent, et suivi d'un plat d'encornet frits.

Tant pis je meurt ! mais je me suis régalé.

POur en revenir aux diverses manifestation s des conchyliculteurs, si j'avais un conseil à donner, et je n'en ai pas !
je ferais des manifs contre toutes ses courses de voiliers, soutenus par les diverses municipalités de l'étang de thau
je controlerais tous ces petits ports de plaisances dans l'étang
je controlerais toutes les activités des zones artisanales
je demanderais à tous les élus de s'engager sur un arrêt de l'urbanisation sur le bassin versant.

ET après, selon les résultats, je brulerais deds pneus

Mais je n'ai pas de conseil à donner, je ne suis pas conchyliculteur.

Écrit par : chargé des commissions | 18/02/2011

Chers Internautes du Vicomte , je viens de soumettre un nouveau sujet de discussion sur mon forum 'Set à Table' . Cela s' appelle :
l ' OBSOLESCENCE Programmée A++++
Prenez le temps de visionner le reportage .Merci

Écrit par : utop | 18/02/2011

Loulou,

Tu peux dire un grand merci à nos élus qui ont fait lever l'interdiction, sans cela tu en aurais mangé et tu serais mort.

Moi maintenant avant d'avaler une huître je consulte M. le
Maire qui est un spécialiste de la moule ainsi que du calmar qu'il nous enfonce tous les jours de plus en plus profond pour arriver jusqu'à l'os.

Étonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 18/02/2011

Le problème sur l’étang n’est certainement pas la voile.
Les voileux aiment la mer et la préservent. En plus sur l’étang, ils font des ronds dans l’eau…
Un des problème ce serait plutôt les pénichettes et autres houseboat.
Mèze et Bouzigues, à ma connaissance, se sont déjà équipées de bateaux pompe pour les « eaux noires » (autrement dit : la merde et la pisse).
On a pu lire dans les gazettes que les responsables pourraient être les lagunages (Mèze-Loupian-Poussan…).
Il faut savoir que les lagunages ont un procédé écologique long qui permet de rejeter de l’eau « qualité baignade ». Et ils seraient en train d’être optimisés pour corriger ce qui semble être leur gros défaut : la qualité des eaux rejetées étant particulièrement riche de certains nutriments, elles encouragent la prolifération des ulves (algues chiantes quand on fait de la planche à voile ou des photos sous-marines, par exemple). Mais de toute façon, la merde qu’on chie, il faut la traiter et il n’y a pas 36 solution. Le lagunage en est une au nord du Bassin de Thau. Les eaux recyclées sont rejetées dans les petits 7 500 hectares de l’étang.
Une autre solution est la station d’épuration « classique », vous irez voir les différents liens.
Une station classique utilise pas mal de chimie, en cas de forte pluie l’installation est bloquée et toute la merde part dans le gros tuyau (l’émissaire en mer), sans traitement, et se retrouve à quelques kilomètres de la côte, comme à Sète. Mais ça ne dérange personne car la mer est bien plus grande et plus profonde (2 500 000 hectares) que l’étang et puis ce n’est pas sous nos fenêtres et les filières en mer de coquillages sont bien plus loin. A noter que pour le lagunage, en cas de forte pluie, l’eau monte dans les bassins qui sont dimensionnés à cet effet et le processus d’épuration n’en est que peu affecté.
Autre problème, les volatiles. Cormorans et goélands ont des coups de cœur pour certaines tables d’huîtres (particulièrement vers Marseillan), élisent domicile et… chient quasi toujours au même endroit. Si on analyse dessous et que l’étang n’est pas sectorisé, l’étang ferme et tous les conchyliculteurs l’ont dans l’os. Et moi je ne peux plus manger d’huîtres… à Bouzigues.
Autre problème, soulevé en partie par Chargé. Les entreprises artisanales, mais également les restos avec les huiles de friture par exemple.
Quant au bord d’un caniveau, on jette n’importe quoi dans une bouche d’égout, ça fini au pluvial. Le pluvial, c’est pour les eaux de pluie. La pluie, c’est relativement pur au départ, bon ça ruisselle et ça embarque quelques cochonneries déposées par l’homme, mais ça ne passe pas en principe par un moyen d’épuration quel qu’il soit et ça va directement dans le milieu aquatique. Exemples : tu sors torché du Social et tu pisses dans le caniveau, ça va direct dans la mer. Tu vas pêcher le loup avec ton sapinou sur l’étang et tu vas pisser à Rouquairol, c’est pour l’étang…
Pour finir, jusqu’en 2005, je crois, l’étang était classé en A, avec des contrôles très stricts. Les coquillages sortaient de l’eau et on les mangeait. Maintenant il est en B avec obligation de passer en bassin d’épuration chez le producteur (il y passe ou il y passe pas, qui contrôle ?). Seuls les plus fortunés ont pu s’équiper, les autres ont plié.
Contrairement à ce qu’avait déclaré le Maire de Sète à l’époque (et il avait failli passer dans le port de Mèze). Le classement en B n’apporte pas plus de contrôles, bien au contraire.
C’est un peu comme pour la Poste, la Justice… on laisse dégrader les choses, faute de moyens, on dit que ça ne marche pas et on jette à la poubelle.
Pour finir vraiment, ce coup-ci, je ne veux pas abuser, je sais c’est fait.
Les conchyliculteurs semblent souffrir de la même maladie que les pêcheurs de thon.
On amasse un bloc maintenant, on se fout de la ressource, tant qu’il y aura des pneus à brûler et des aides à récupérer, après moi le déluge…
En plus les conchyliculteurs, au niveau des impôts, c’est « peanuts ». Et les aides qu’ils reçoivent sont payées par tous, y compris les douaniers retraités, les représentants de commerce, les fonctionnaires territoriaux ou assimilés, etc.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Lagunage

http://fr.ekopedia.org/Lagunage

http://fr.wikipedia.org/wiki/Traitement_des_eaux_usées

http://www.ademe.fr/partenaires/boues/pages/f14.htm

Écrit par : Le Glaude | 18/02/2011

Bel exposé de Le Glaude

Mais je persiste à dire (pour la voile) qu'il faut se méfier du tout tourisme qui se profile à l'horizon par quelques sectes bienvoyantes

Écrit par : chargé des commissions | 18/02/2011

Les Scientifiques de l'IFREMER ne seraient ils tous que des niais ?
En effet ils ne savaient pas que de brûler des pneus aseptise tout,guérit de tout les mots surtout en période électorale.

Écrit par : le medze paille | 19/02/2011

Un peu verdâtre l'explication du Glauque " Les voileux aiment la mer et la respecte", on va lui redonner de la couleur avec les peintures sous-marines chimiques spéciales très dangereuses pour l'environnement, appelées "antifouling" dont le principe actif est de se dégrader pour protéger, ce produit renouvelé une à plusieurs fois par an permet "la glisse" des bateaux en tuant chimiquement par sa dégradation les algues et petits coquillages qui s'accrochent aux oeuvres vives du navire.

"Les voileux aiment la mer et la respecte", je dis non, il tire un plaisir sportif de la mer qui est tout simplement à la mode dans la "jet set" et vont de port en port en apportant à l'aide de leur mouillage La Caulerpa taxifolia dite l'algue tueuse qui pollue gravement la méditerranée, cadeau d'un grand amoureux de la mer en général et de la voile en particulier, le prince de Monaco.

Étonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 19/02/2011

Chargé, tout à fait d’accord pour la vigilance dont il faut faire preuve à l’égard du tout tourisme, mais prenons garde à ne pas stigmatiser une partie seulement des usagers de l’étang (ça fait un peu Sarko et les Roms).

Quant à JLC, on reconnaît sa bonne fois habituelle…
En ce qui concerne les antifoulings. Le tributylétain est interdit à la fabrication depuis 2003 et sa présence sur les coques est proscrite depuis 2008. Mais les sapinous ou autres embarcations à moteur (chalutiers, thoniers.) n’en ont jamais utilisé bien sûr…
L’essentiel des voileux de l’étang font du dériveur et de la planche, embarcations qui sont remisées hors de l’eau après usage et qui n’emploient pas de peinture de coque.
Seuls les habitables présents dans l’étang les utilisent. Les habitables de l’étang sont de petites unités (rien à voir avec les yachts de Monaco), ils ne sortent presque jamais de l’étang et donc ne sont certainement que très rarement responsables de la dissémination de la caulerpa (contrairement aux chalutiers qui raclent les fonds marins).
La plupart des communes de l’étang se sont dotées d’aires de carénage respectueuses de l’environnement, ce n’est pas le cas à Sète.
Par ailleurs le plaisir sportif n’est pas un péché.
Je persiste à dire que les voileux de l’étang aiment le milieu où ils naviguent et que l’immense majorité le respecte. Il y a sans doute des cons parmi eux , mais il y en a également, par exemple, chez les douaniers.
Je suggère à JLC de faire le tour des ports de l’étang et des canaux de Sète et il verra qu’il y a une majorité de bateaux à moteur (souvent mal entretenus, fuite d’huile et de carburant, etc.) et non de voiliers. Je lui suggère également d’aller observer le carénage des bateaux de pêche, pour voir où vont les déchets de coque des pêcheurs, seuls vrais amoureux de la mer, de faire le tour des pots de peinture de coque, des fois que des stocks de tributylétain seraient encore écoulés…
Par ailleurs, JLC semble croire que les voileux de l’étang se pavanent sur le pont en blazer et casquette d’amiral sur la tête… Et ces centaines de mômes qui fréquentent les écoles de voile de l’étang, c’est tous de l’Onassis en puissance ?…
Pour JLC, il y a les distractions de rupin, voile, tennis, musée, etc. Et ceux qui s’adonnent à ces plaisirs sont des salauds, victimes de la mode.
Figurez-vous que la plus ancienne société nautique de l’étang a été créée en 1946 par deux parqueurs, Molinier et Mauzac (SNBT – MEZE). Une mode donc qui à donc 64 ans sur l’étang.
Et puis, la voile c’est tellement caca, qu’elle est apparue avant la machine à vapeur et le moteur à explosion. Bref, seule la voile pollue.
Heureusement que le ridicule ne noie pas, sans ça JLC aurait des gobies dans les poumons depuis longtemps.

Écrit par : Le Glaude | 19/02/2011

Le Glauque nous parle de bateaux à voile, il faut savoir que ces bateaux sont loin d'être construit en matériau noble comme le bois mais en polyester dérivé du pétrole et sont très nocif pour l'environnement sauf peut-être à Méze où tout se blanchit sous l'appellation écologiste.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 19/02/2011

cagarelle ce midi heureusement les urgences de St Thérése sont efficaces

il faut detruire l etang et l élevage des huitres et des moules pour laisser la place aux batisseurs

Écrit par : ann | 19/02/2011

Il est bien connu que seuls les voiliers sont en polyester et que les sapinous, tout comme les chalutiers et les thoniers sont en bois...

Écrit par : Le Glaude | 19/02/2011

Je ne suis pas anti-voile (sur les bateaux) mais l'image de la voile sur l'étang de thau c est le développement des voileux que nous apporte le tout tourisme et le béton ..... (pour faire simple)

Écrit par : chargé des commissions | 19/02/2011

Le Glauque les fautes des uns n'excusent aucunement les fautes des autres et je rajouterai certains le font pour travailler et gagner leur pain, les autres pour faire des ronds dans l'eau et se bronzer le cul. Si tu as une dent con
tre les pêcheurs, les parqueurs ou autres travailleurs, ce n'est que ton problème.

Tes voileux ce sont ceux qui servent Willian Saurin pour vendre ses raviolis infects et autres cochonneries ou poussent à la consommation de la plupart des produit véreux afin de pourvoir vivre comme des pachas sans rien foutre.

Heureusement comme le dit si bien Renaud la femme préfère la campagne.

Je sais que plusieurs petits villages bordant l'étang de Thau et notamment Méze voudraient être des grands port de plaisance, un peu comme Genéve ou Thonon les bains.

Pognon, pognon qu'est ce que tu leur fais faire, surtout aux écologistes et bobos qui brûlent ou adorent la même chose suivant leurs intérêts du moment.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 19/02/2011

Que les voileux, que les Roms, que les Juifs, que les arabes... A chacun sa tête de turc. Moi, il me semble que c'est le soleil qui attire d'abord, avec la douceur du climat. Eteindre ce salaud de soleil, voilà la solution. Et ce n'est pas le tout tourisme, à l'heure actuelle, le vrai problème. C'est plutôt le fait que les vieux friqués viennent de toute part pour s'installer à l'année en jetant la jeunesse de Sète et des autres communes de l'étang. En pouvant acheter n'importe quoi à n'importe quel prix. Ce qui est drôle c'est que les réfugiés climatiques et ceux de la faim montent vers nous pendant que les réfugiés du fric descendent chez nous. Ca promet un beau bordel.
Pendant ce temps, certains font des fixettes (c'est de leur âge) sur les voileux ou les pubs pour les sardines à l'huile. Ou sur Mèze. Pourquoi pas Bouzigues, Balaruc ou Loupian ? C'est un peu le propre de la fixette sénile : la belote c'est bien, la voile c'est méchant. Le prolo est gentil, le bobo est méchant. Au nom du "gagnage" de croûte on peu tout se permettre. Décharger des dattes venant des territoires occupés, parce que c'est le boulot qui veut ça. Conduire des trains plombés vers l'Allemagne pour les mêmes raisons. Avoir des bateaux plus polluants que les voiliers car on est travailleurs de la mer. Mer qu'on empoisonne ou saccage, alors que c'est elle qui nourrit. Les gobies n'auront pas fini de nager dans les poumons de JLC, quand le ridicule noiera.
PS. En 1974, lors du premier choc pétrolier, tous les patrons pêcheurs, ou presque, s'étaient déclarés partisans du retour à la navigation mixte (voile et moteur). Puis quelques subventions sont venues, d'autres chocs pétroliers, d'autres subventions... Pourtant le vent est gratuit pour qui ne serait pas à vendre.

Écrit par : Le Glaude | 19/02/2011

Je ne suis pas comme toi le Glauque, je n'ai de haine pour personne, ne retourne pas tes défauts sur les autres, si tu n'aimes pas ceux qui travaillent durs, les pêcheurs entre autres à qui tu veux faire porter l'étoile, c'est ton problème d'inconscience et surtout ne nous fait pas un amalgame pour noyer le poisson et nous vendre tes voileux en les faisant passer pour des saints.

Tes intérêts crèvent les yeux, il faut se débarrasser de tous ces vieux et construire une société de profits autour de la plaisance et de l'immobilier. D'abord on brûle, on vilipende pour avoir le terrains libre, quand à tu programmer de faire passer sur le bûché les ostréiculteur et autres pêcheurs de tout genre pour les remplacer par ta jet société.

Je te l'ai déjà dit tu parles dans l'anonymat, pour qui roules tu ? De"s promoteurs bien connus ? Des élus prêts à vendre après leurs âmes, la terre de nos ancêtres ?

Donne nous tes coordonnées, quand on affirme comme toi, il faut le faire en face, sinon tes arguments n'ont aucunes valeurs.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 19/02/2011

Si l Clauque le ventet le soleil sont à vendre, les marchands d'électricité en savent quelque chose, il n'y a plus rien de gratuit sur notre terre.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 19/02/2011

Je te relis et je vois que dans ton amalgame acariâtre tu fais du racisme anti-vieux, je te renvois à une chanson de Brassens car l'âge ne fait rien à l'affaire. Tu es né comme cela et vieux tu resteras comme cela, le Clauque et si il faut un roi, réclame de droit le titre, il te sied à merveille.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 19/02/2011

Et puis une petite gastro de temps en temps, ça booste les immunités....et ça fait travailler les mèdecins.....:))

Par contre jean Louis, je pense également que les "voileux" ne sont certainement pas les pires en matière d'écologie, et que le fait de travailler ne donne pas tous les droits en particulier celui de détruire la richesse commune et les ressources naturelles qui sont le bien de tous

Écrit par : marion devineau | 20/02/2011

Marion,

Je n'ai jamais dit les pires, mais ils sont loin d'être les meilleurs et c'est à eux que l'on doit la recrudescence de la plaisance et de la grande plaisance en méditerranée qui est une mer donc un espace fermé même si il existe Gibraltar.

Alors avant de se lancer sur l'étang de Thau qui est encore plus restreint et encore plus fermé, il faut réfléchir.

Je sais que le rêve de certains est d'avoir un bassin de plaisance intérieur avec des ports appropriés et des immeubles, casinos, boites de nuit... tout au tour, avec un avantage sur le bassin d'Arcachon qu'il n'y a aucune difficulté, ni dangerosité pour sortir et entrer du plan d'eau à la mer, même les grosses unités de plaisance peuvent passer par les canaux sétois, des bateaux de commerce empruntaient cette voie.

N'oublions pas que les héros des transats qui porte la publicité des boites de conserves scorbutiques dans l'autre hémisphère, ont tous commencé gamins sur des dériveurs, pour preuve Pajot qui a été en son temps vice-champion olympique.

Maintenant si votre choix est d'avoir un super Cap d'Agde, Grande Motte, Port Camargue..., il faut foncer de suite mais nous ne parlons plus de la voile comme d'une panacée écologique, mais bien d'une manne financière pour les spéculateurs de tous poils.

Étonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 20/02/2011

JLC quand vous je n'en veux a personne nuance, vous en voulez beaucoup au premier adjoint de notre ville


Et bonne journée

Écrit par : zapatore | 20/02/2011

quand vous dites

Écrit par : zapatore | 20/02/2011

Zappatore,

Je réponds encore une fois NAIN.

En vouloir beaucoup à une si petite chose, c'est prendre la totalité.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 20/02/2011

Les commentaires sont fermés.