Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/07/2010

4° Épisode de Sète et les chichois de l'été ! La présentation de la Saint Louis, un écran de fumée qui cache la disparition de la salle des joutes du Musée Paul Valéry.

Nous avons pris note dans le Midi Libre de ce matin, que Monsieur Pierre Nocca, que nous saluons, sera l'invité d'honneur de la Saint Louis. BRAVO !

Nous prenons note également que l'art sera associé aux joutes cette année avec 3 expositions. (Hôtel de ville, Église des Pénitents Blancs et Salle Peschot.) Quand on fait disparaître la salle des joutes du Musée Paul Valéry, comme écran de fumée on ne peut pas faire mieux.

Au fait nous rappelons à Midi Libre (notre hébergeur préféré) que dans les joutes Monsieur Pierre Nocca est aussi le Père du Bronze du Mémorial Paul Di stéfano.

saint louis 2010.jpg

29/07/2010

Le Conseil Municipal du 27 Juillet vu par la presse locale et quelques exclusivités Vicomte de Brageole !

Comme d'hab cliquez sur les articles pour les grossir

Midi Libre du 28 Juillet : Biodiversité poésie et un nouvel adjoint.

CM du 27072010 ML du 28072010.jpg

Hérault du Jour du 29 Juillet : Malgré la venue de poètes en début de séance, il n'y a pas eu d'envolée lyrique lors du conseil de Mardi soir.

 "L'éco-tartuferie" de la politique municipale

CM du 27072010 HdJ du 29072010.jpg

 Au fil du conseil

CM du 27072010 HdJ du 29072010 001.jpg
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Exclusivité Vicomte de brageole :

Le poème de Marion Devineau Conseillère Municipale devant le Conseil Municipal

Toutes ces décisions, qui concernent Voix Vives

M'ont laissé , je l'avoue, un peu sur le qui vive.

Pour, à ce festival, apporter mon offrande,

Ou plutôt ma vision, sans qu'elle nous coûte sou,

Ces Voix Vives aujourd'hui, de plus en plus gourmandes,

 J'ai choisi d'évoquer ,en vers ,de bout en bout

Et de flatter ainsi votre soudain attrait

tant pour la poésie, que pour ses à côtés.

Les sommes engagées, semblent démesurées

n'étant pas justifiées, par la nécessité

de remplir, en été, tous nos estaminets :

Touristes, visiteurs, très nombreux estivants

en plein mois de juillet, sont toujours bien friands

de notre Grande Bleue, ainsi que du beau temps

A quoi bon empiler, cette époque de l'année,

Au risque de galvauder, par sa promiscuité,

un festival de plus, perdu dans la nuée

de ces animations, dont vous vous réclamez ?

Le Sétois payera, il y est habitué.

Mais peut s'interroger sur les priorités

Voir(e) se demander, si c'est une bonne idée

Que de payer plus cher qu’il ne l’a jamais fait !

Pour trois cent mille euros. et demain quoi en sus ?

Ces rimes et ces vers sont dignes de Crésus !

La Question posée par Michel Gailhard, Conseiller municipal « Tous pour Sète »

 avant l’ouverture de l’ordre du jour du Conseil municipal :

Nous voulons exprimer dans cette enceinte l’émotion qui agite la ville depuis quelques semaines, jusqu’à celle manifestée par le Président de la Ligue.

Dans la version relookée du Musée Paul Valéry, la salle des joutes a disparu. Seul vestige, quatre pavois accrochés à un mur. C’est d’ailleurs en catimini que s’est faite cette suppression.

Qui a pris la décision ? Qui a été mis au courant ? Bien peu de monde ! Pas les élus, notamment.

Le Musée de la Ville n’est-il plus « Musée des Arts et Traditions populaires » ?

Par la volonté de qui ? Pas du Conseil municipal !

Notons d’ailleurs une incohérence. Vous mettez en avant, Monsieur le Maire, la renommée internationale du Tournoi de Joutes du lundi de la Saint Louis : Comment pouvez-vous en même temps balayer d’un revers de manche cette expression et cette mémoire de notre patrimoine qu’était la salle des joutes, salle qui appartient au Musée depuis des lustres.

On entend dire – mais que croire ? – que les joutes seront exposées dans le hall de la mairie. Mais, Monsieur le Maire, une exposition, c’est temporaire, un patrimoine, c’est permanent.

La salle des joutes appartient aux Sétois, à notre mémoire collective. Elle doit être restituée à la Ville. Dans le Musée.

Notre question est simple : quand ?

Réponse du Maire : Ce point n’est pas à l’ordre du jour et ne peut donc faire que l’objet d’une question diverse après avoir épuisé l’ordre du jour du conseil.

Après l’examen de la dernière question de l’ordre du jour du Conseil, M. Gailhard a rappelé au Maire son engagement ; celui-ci a refusé de répondre et a quitté la salle.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mise à jour du 30 juillet

Midi Libre du 30 Juillet 2010

CM du 27072010 ML du 30072010.jpg

27/07/2010

3° Épisode de Sète et les chichois de l'été ! Coup de gueule d'Honorine à la voix vive de Sapho

Par Honorine Causette

Lettre ouverte à Sapho Marraine du festival de poésie à Sète !

Madame,

En tant que commerçants d’une ville endormie, vous nous voyez désolés de vous avoir accueillie dans une Babel méditerranéenne dont vous nous faites l’honneur de reconnaître aujourd’hui que, malgré cet endormissement, vous la trouviez « jolie ». Mais cette ville, pour vous, n’existe plus. Elle n’est plus, puisque vous attaquez votre texte par : « Il y eut une ville… ». Nous en déduisons que par votre nomadisme festivalier, cette ville n’est plus. Qu’en douze ans, vous n’avez créé aucun lien avec ses habitants. Que vous ne vous souvenez déjà plus du nom des places de cette ville. Il y en a désormais une autre, avec d’autres bistrotiers anonymes, d’autres bouchers interloqués, que vous quitterez peut-être un jour avec autant de désinvolture. Une ville aussi jolie que la nôtre, presqu’autant endormie mais, grâce à vous, enfin, cette ville va parler.

 Car, d’après vous, notre ville est devenue « parlante » grâce à votre seule présence poétique. Et par la magie de votre Verbe haut et généreux, nous avons glissé dans un enchantement quasi béat. Oui, selon vous, grâce à vous, nous, pauvres cons de la place Truc muche et de la place Machin, d’interloqués, surpris que nous étions, nous nous sommes réveillés intelligents et curieux, enchantés, voire saoulés de vos paroles.

Avant vous, notre ville ne bruissait que de silences. Un peu forts en paroles, quelquefois, mais ces paroles, à nos comptoirs, dans nos commerces, ne devaient pas avoir grande valeur poétique pour avoir valeur tout court. A vos oreilles, s’entend. Aux nôtres, ma foi, nous avions la naïveté de nous en porter plutôt bien.

Qu’allons-nous devenir alors, sans vous, Madame ?

Nous allons retourner à notre anonymat d’antan de n’avoir pas su vous aimer assez. Nous allons redevenir Truc muche et Machin.

Madame, ce n’est pas ainsi qu’on parle aux gens quand on se rend chez eux. D’autant plus si l’on souhaite que la parole soit entendue. On ne commence pas par dire : « vous dormiez, abrutis de silence ». Nous n’étions rien, en somme, ou si peu... C’est vexant, Madame. Donc nous sommes vexés. Et cela augure mal d’un dialogue riche, généreux, « enchanté »… et durable.

C’est parce que nous vous accueillons dans nos villes assoupies, Madame, que vous pouvez vivre de votre art. Et non pas parce que vous nous faites l’honneur de vous y rendre. N’inversons pas les choses : c’est l’hôte qui choisit qui il invite à sa table. Nous sommes heureux que vous daigniez nous apporter la poésie par votre bouche à nos oreilles… mais… en retour, s’il vous plaît, un minimum de respect…

Les noms de nos places sont aussi de la parole enchantée, les noms de nos places chantent pour qui sait les entendre. Ces noms chantent de notre langue et de notre culture, les noms de nos places portent eux aussi une histoire, l’histoire de nos vies, celles de nos ancêtres et de notre pays. Cela aussi est une culture. Cela aussi est poésie. En deux mots vulgaires et anonymes, vous nous signifiez votre mépris. Et ce mépris, Madame, à vous lire, c’est malheureusement la seule chose que nous ayons envie de partager.

M. Duchmol, cafetier sur la place truc muche & Mme. Duchmolle, bouchère de la place machin. A Lodève. A Sète. Ou ailleurs… partout où vous pensez que les gens sont si peu… qu’ils habitent sur des places aux noms si cons.

NDLRdesVicomtesdebrageole :

Pourquoi une lettre à Sapho ?

parceque Sapho Marraine du Festival Voix Vives de méditerranée en méditerranée, a osé écrire cà :

CLIQUEZ DESSUS POUR LIRE

 sapho le mot pour voix vives.jpg

22/07/2010

2° Épisode de Sète et les chichois de l'été ! Les Halles de Sète veulent être ratachées à la culture !

C'est le bruit qui court depuis la canicule et ça serait une première.

A Sète, coté culture et Musée Paul Valéry tu as les crédits que tu veux et les réalisations suivent dans la foulée !

T'as même le fric avant le projet.

Alors que pour les halles les crédits sont votés mais rien ne bouge ! Pour la clim. n'en parlons pas, au musée ça climatise à fond la caisse pour DUFY , et dans les halles c'est la surchauffe !

Il parait même que les commerçants des halles seraient disposés à accueillir une exposition Picasso ou Dali pour pouvoir obtenir une Clim digne de ce lieu.

Chapeau ! En voilà une idée qu'elle est bonne "lard, culture, légumes, poissons et climatisation, pourquoi pas !

Adieu Laurence, et Bonjour Maïté

NDLR des Vicomtes - il faut espérer que les halles ne deviendront pas la salle des joutes sinon bonjour les dégâts.

terrasse ou moto SP_A1049.jpg

 

19/07/2010

1° Episode de Sète et les chichois de l'été ! les joutes Sans Domicile Fixe

Dans les "Coquetel" d'après défilé la nouvelle fait grand bruit :

1° Coquetel : "Le président de la Ligue du Languedoc Roussillon de Joutes Languedociennes jette un pavé dans le Canal Royal : Vous (la municipalité) avez supprimé la salle des joutes du Musée Paul Valéry ................"

2° Coquetel "L'adjoint à l'animation répond .....Non les joutes seront prochainement hébergées dans le hall de la Mairie et plus tard dans les anciens locaux d'IFREMER"

3° Café croissant des Vicomtes de Brageole chez Diégo

"et voilà comment on sort la salle des joutes du Musée Paul Valéry ! Si Maïté Vales Bled et Monsieur le Maire de Sète avaient lu :

Traditions, Rites et Usages dans les Joutes Languedociennes (de Jérôme Pruneau)

 Ils auraient appris que

 "Les joutes sont à Sète ce que l'oxygène est à la vie, ce que le soleil est à la terre : un indissociable "autre" qui signifie son identité. Comprendre ce lien d'affection fidèle, c'est plonger dans l'histoire des joutes, d'hier à aujourd'hui. C'est pénétrer sensiblement ce monde d'hommes au verbe haut, à l'emphase héritée d'un Brassens qui toujours chante juste les choses de la vie. C'est tomber enfin dans les eaux d'un canal jamais trop clair, mais qui raconte à lui seul les souvenirs des barques qui inlassablement "en avant partout" passent et repassent en prolongeant le rêve." (................)

Mais ils ne l'ont pas lu et ils ne savaient pas que les Joutes font parties de la culture Sétoise et qu'elles ne méritent pas d'être expulsées du Musée Paul Valéry.

Les joutes ne sont pas un produit qu'on expulse, qu'on héberge, et qu'on reloge avec des visions électoralistes.

Les joutes sont Bleues Blanches et Rouges et ne sont pas la pour servir la communication de tel ou tel système politique.

Un célèbre jouteur Sétois qui restera dans l'anonymat sur ce blog, disait dans un "Coquetel" d'après défilé. Toutes les salles du monde ne remplaceront pas la Salle des Joutes du Musée Paul Valéry.

verbatim des Vicomtes - ce n'est pas Raoul Dufy qui nous contredira

joutes hautbois sur barque.JPG

17/07/2010

Sète et les chichois de l'été ! votre nouveau feuilleton

hé oui nous avons chaud, nos doigts collent au clavier, notre cerveau fume, c'est le vide.

Vous n'acceptez pas que les vicomtes soient en vacances ?

Merde après tout !

Même les Strasbourgeois se demandent si à Sète il y a encore des "Roumegaïre"

Bien sur que nous sommes là. Mais nous sommes en rupture avec la société.

Nous n'avons plus envi de parler haut car on nous "escane" nos idées.

- la future passerelle entre les anciens locaux d'IFREMER et le Théâtre de la Mer c'est NOUS ! oui c'est nous

- le Jardinet avec des plantes grasses a coté du Musée Paul Valéry ! c'est NOUS ! oui c est nous

et jamais de la reconnaissance, on nous traite d'Arapète, et on débouronne dans notre dos.

Y a même quelque "Caramentran" qui regrettent Le Gabian et Cricri.

Bon allez ! on va se la couler douce pendant les chaleurs, tout en diffusant "doucemanette" quelques petits épisodes du feuilleton : Sète et les chichois de l'été !

 Mais vraiment "doucemanette" !

18:55 Écrit par les Vicomtes De Brageole Sète dans Chichois de l'été (Sète les) | Tags : sete, chichois | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer |  Facebook | |

06/07/2010

le Conseil Municipal du 22 Juin vu par la presse locale

 Revue de presse tardive mais necessaire de l'après Conseil Municipal ......

 CLIQUEZ SUR LES ARTICLES POUR LES AGRANDIR

Midi Libre du 24 Juin 2010 -

- Cinq mille habitants dans un nouveau quartier

CM du 22062010 ML du 24062010.jpg
CM du 22062010 ML du 24062010 001.jpg

- Pour Jacques Montagard, "trop de précipitation"

CM du 22062010 ML du 24062010 002.jpg

 - les repères

 

CM du 22062010 ML du 24062010 003.jpg

Herault du Jour du 24 Juin 2010 Zac Est

- Des immeubles de sept étages, une tour de 40 mètres, 330 emplois menacés ... l'opposition s'inquiète.

CM du 22062010 HdJ du 24062010.jpg
CM du 22062010 HdJ du 24062010 001.jpg

 Echo du Conseil

CM du 22062010 HdJ du 24062010 002.jpg
Note des vicomtes :
 vous pouvez dire à vos amis parents et cie, venez, venez, à Sète on a pas de travail mais on peut vous loger