Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/07/2010

le Conseil Municipal du 22 Juin vu par la presse locale

 Revue de presse tardive mais necessaire de l'après Conseil Municipal ......

 CLIQUEZ SUR LES ARTICLES POUR LES AGRANDIR

Midi Libre du 24 Juin 2010 -

- Cinq mille habitants dans un nouveau quartier

CM du 22062010 ML du 24062010.jpg
CM du 22062010 ML du 24062010 001.jpg

- Pour Jacques Montagard, "trop de précipitation"

CM du 22062010 ML du 24062010 002.jpg

 - les repères

 

CM du 22062010 ML du 24062010 003.jpg

Herault du Jour du 24 Juin 2010 Zac Est

- Des immeubles de sept étages, une tour de 40 mètres, 330 emplois menacés ... l'opposition s'inquiète.

CM du 22062010 HdJ du 24062010.jpg
CM du 22062010 HdJ du 24062010 001.jpg

 Echo du Conseil

CM du 22062010 HdJ du 24062010 002.jpg
Note des vicomtes :
 vous pouvez dire à vos amis parents et cie, venez, venez, à Sète on a pas de travail mais on peut vous loger

Commentaires

Les conseillers régionaux élus (d'opposition) à la marie de Sète qu'est ce qu'ils en disent;tout ceci doit se faire sur leurs terrains "portuaire".Peut être approuvent ils cela il ni aurait rien d'étonnant non !

Écrit par : le medze paille | 06/07/2010

C'est une bonne question medze, apparemment cela ne la dérange pas (je dis elle puisqui'il n'y a que Mme Magne qui soit dans ce cas).
Je sais je suis hors sujet, mais qui c''est d'après vous le généreux et riche et surtout naîf (!) entrepreneur qui a prété 1 Million d'euros (sans garanties ?) à L.B l'ancien président du FC choisi par le Maire? Et qui semble t'il va s'assoir dessus?

Écrit par : marion devineau | 07/07/2010

Marion,

Moi je crois savoir. Ce ne serait pas un ami de ses amis qui crèche pas très loin et qui compte se récupérer directement sur la bête comme promoteur quand il aura en pâture les terrains de la zone Est qui a été faîte à sa mesure pour le changer un peu de Dubaï ?

Une nouvelle zone d’habitat qui promet haut, n’est ce pas ? On parle de tour de 40 m, la municipalité nous avait habitué à des tours de con mais là nous arrivons au summum, comme me disait dernièrement un ami ours pêcheur en rivière.



Étonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 07/07/2010

Puis les tours, c'est tellement un espace sympa à vivre ! tu ne connais pas tes voisins, tu laisses les vieux dans le caca, pinaise, c'est tout le contraire qu'il faudrait faire ! c'est trop pas humain et sociabilisant comme format !
j'en profite pour remercier les Vic' pour la lecture !
@ Mezde : où t'as vu un conseiller régional dans l'opposition municipale ? toi, t'en as de la bonne, je suis preneuse !

Écrit par : Ju | 07/07/2010

Comme on dit à Sète, ils vont se gaver. C'est en temps de crise que les riches sont les plus mesquins...
Je leur laisse leur cupidité,et je me garde ma joie de vivre.
Soyons réaliste, on ne peut que retarder cet état de fait.
Entre Gênes, Fos et Barcelone, notre port ne fait plus le poids depuis longtemps. Il y a plus a gagner avec une activité croisière qu'avec la liaison stupéfiante marocaine.
Sur Ajaccio qui n'a aucune activité de commerce, le port accueille 700 000 croisièristes par an!!!
Alors, s'adapter ou disparaitre?
Pendant qu'on se pose la question, les petits malins en profitent!!!

Écrit par : fabrice | 07/07/2010

@JLC
un ami récemment émigré dans l'est ;) me suggère: Bettancourt?

Écrit par : marion devineau | 07/07/2010

Il ne faut jamais déranger la bête en cours cela peut nuire à la reproduction, me disait un amie conservatrice de musée.

Etonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 07/07/2010

@ fabrice : ce n'est pas qu'un problème de poids du port mais un problème de risques. je me souviens d'un armateur (il me semble que c'était son taff...) qui me disait il y a quelques années que le problème, ave le sports Français, ce sont les grèves... Voilà pourquoi certains préfèrent attendre au large de Barcelone un ou deux jours plutôt que de décharger à Sète et de transférer la marchandise par frêt.
Le problème, c'est que cette ville elle a une histoire, elle a des gens qui ont travaillé sur ce port pendant des années, des générations ! On ne peut pas tout balayer d'un coup ! Il y a l'activité commerciale, la pêche, les croisières, les expulsions... Sète ne doit pas devenir un port de plaisance. cela mis en place, on changerait le coeur de la population.
Je suis d'accord avec toi qu'il faut faire des choses parce que le port est bien vide... mais il ne faut pas uoblier sa nature même, pourquoi il existe, ce port.
S'adapter, oui, mais pas à n'importe quel prix.
(fin de mon quart d'heure réac !)
@ marion, tu envoies JLC chercher l'enveloppe ? ça lui fait moins loin que chez moi puis il a un vélo à moteur, le même que ceux du tour de France, ça ira vite.

Écrit par : Ju | 07/07/2010

vous savez en ce moment tout le monde prete,

ou donne de l'argent. Après Mme Bettencourt,après l'Ami de LB, après laLigue Arab e qui donne pour Maité, je suis pret a faire un don pour celui qui en a besoin

Eh oui

Écrit par : Zappatore | 07/07/2010

zappatore
c'est quoi cette histoire de Ligue Arab?

Écrit par : marion devineau | 07/07/2010

Moi aussi mais à la banque du sperme.

Etonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 07/07/2010

Sur Midi Libre aujourd'hui dans embrums il y a un article qui dit que la ligue arabe fait un don de 10 000 euros a voix vives de maité

Écrit par : zappatore | 07/07/2010

ju,tu as raison:le problème avec le "sport" français ce sont les grèves;voir coupe du monde(hi!hi!)

Écrit par : la piccina | 07/07/2010

@zappatore
Oh mince je n'avais pas vu ça : génial
et bien sur sans rien demander en échange.....ha ha ha, comme Mr Salerno les 300 000 € au FC Sete, le généreux donateur , pardon , prêteur à L.B....c'est vraiment extra tous ces mécènes qui nous entourent ! les bisounours à côté, c'est de la gnognote.
A moins que ce ne soit pour nous remercier du cadeau du chapiteau gratuit ?

Écrit par : marion devineau | 07/07/2010

Zappatore,

Tu confonds maghrébins, musulmans et arabes. Là ce sont des arabes, des vrais, natifs et vivants sur une terre arabe, par exemple au hasard des habitants de Dubaï aux Emirats Arabes Unis.

Cà promet haut avec toi !

Etonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 07/07/2010

C'est moi qui ai confondu,Jean Louis. Autant pour moi et merci pour la précision

Écrit par : marion devineau | 08/07/2010

Je n'ai rien confondu je ne fais que retransmettre l'art(icle de ML

Eh oui

Écrit par : zappatore | 08/07/2010

Scusi Zappatore, j'ai confondu avec Marion.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 08/07/2010

Merci pour ta contriboution ju,
tu sais, le port évolue comme la société. Dans les années 40, nos grands-mère charriaient les sacs d'oranges, nos anciens gagnaient une misère en transportant le charbon avec des ronds de pommes de terre en guise de lunette.
Le port doit donc s'adapter. Ce que je veux dire c'est qu'il y a de la place entre laisser le port se gangréner pour garder des emplois "dynastiques"comme le veulent certains élus à gauche pour faire plaisir à des personnes qui ne votent même "plus" pour eux et laisser la droite et le centre vider la coquille du peu de savoir faire qu'il nous reste dans la manut portuaire.
En répondant à cet article je veux juste faire réagir les interlocuteurs ( qui veut faire rentrer son fils à la mairie ou au port, qui veut monter un commerce sur le nouveau complexe?).
Un débat ou une question se doivent d'avoir une issue constructive et non pas vindicative...
Adessias

Écrit par : fabrice | 08/07/2010

Tout a fait d'accord Fabrice avec ta vision qui est la recherche du juste milieu.
Même si comme le dit Ju, il y a eu des exagérations sur le port, il ne faut pas que cela soit une justification à son abandon au profit des promoteurs.
Je crois qu'il y a actuellement des gens responsables, consciencieux qui travaillent dans tous les secteurs de l'activité portuaire,et qui savent bien qu'ils n'ont aucun intérêt à sacrifier leur outil de travail.
C'est vrai que j'ai moi aussi j'ai entendu que les armateurs ne voulaient plus venir à Sete à cause des grèves et du vol. Mais peut être faut il se demander pourquoi ces grèves, pour éviter de reproduire les mêmes causes?
Les grévistes n'avaient peut être pas tous les torts?

Écrit par : marion devineau | 08/07/2010

@ Marion : un gréviste n'est pas payé pendant sa grève, ce n'est donc pas de bon coeur qu'il débraye. Et effectivement, s'il y a grève c'est que qqch ne va pas.
Maintenant, il ne faut pas se voiler la face, la France est chère.
Il faut protéger le port, les travailleurs mais en même temps savoir vivre avec son temps comme le dit Fabrice.
@ fabrice, d'ailleurs... je rajouterai les hlm, qu'ols soient de la ville ou du département. Aujourd'hui, les emplois à la mairie ou à l'hopital, les apparts... tout le monde donne, tout le monde demande...
L'issue constructive ne peut être que collective.
La société étant de plus en plus égoïste, si on continue à avancer sur des clivages du passé, on n'a pas fini.

Écrit par : Ju | 08/07/2010

L’activité du port entré et sortie en 2008 en matière de conteneurs qui est le vecteur de transport mondialement le plus utilisé actuellement : 40

Houra ! Nous avons presque doublé en 2009 : 78

Et encore s'agit-il de marchandises refusées par les autres port : matières dangereuses par exemple.


Depuis longtemps le port n’est d’aucun rapport et vit que de subventions, le trafic augmentera si les subventions augmentent, c’est le contribuable qui paye et la plus grosse part va dans les poches de certaines compagnies peu scrupuleuses qui choisissent Sète à des fins spéculatives et temporaires.

Le port de Sète n’a aucun avenir si ce n’est d’être un parking à voitures, ce qui prend beaucoup de place et rapporte peu - surtout qu’une majorité de véhicules entrent par Barcelone et rejoignent Sète par la route, juste là pour le stationnement - hormis
des spécialisations, l’exportation du bétail en est une par exemple, le port de Sète n’est pas mourant, il est mort.


Sète par une volonté politique a louper le créneau plaisance, la crise économique fait que l’on construit moins de bateaux et les ports du Maghreb qui sont qu’à quelques milles de nous rentre dans le circuit avec des tarifs plus qu’attrayant environ le quart du prix d’un port français et pas de droit d’anneau à payer à l’entrée (environ le quart de la valeur du bateau pour des ports comme la Napoule).

La cause de la mort lente du port de Sète est du à un syndicat majoritaire qui avait dans les dock comme dans le livre de curieuses méthodes et à l’incapacité des présidents de la chambre de commerce tous confondus. Einstein disait « la vie est un vélo et il faut pédaler pour aller de l’avant, sinon l’on tombe ». Les deux sortes d’intervenants cité supra faisaient roue libre retirant chacun leurs profits sans investir sur l’avenir et cela depuis des lustres et le port est tombé.


Le port de Sète ne sera jamais un port de référence, la seule chose que nous pouvons faire actuellement serait d’accentuer les touchés de croisière et les routes maritimes naturelles de ferry sur le Maghreb et essayer de faire un port de plaisance digne de ce nom pour attirer « La grande plaisance ». Il faut savoir que quatre bateaux de ce type génèrent un emploi à terre.

Le reste n’est que pure spéculation politique sur le dos des contribuables.

La question est posée :

Auront nous la volonté de sauver le port de Sète et l’emploi ?

Où resteront dans une guerre de tranchée droite gauche ? Les seuls intéressés qui ont tout à gagner seront toujours les mêmes, élus ou non, les alimentaires qui mangent à la grande gamelle la nourriture qui provient de la sueur des travailleurs. Alors essayons de changer, même si l’espoir est léger.

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 08/07/2010

Ah enfin , j'attendais l'avis éclairé de jean louis!
Les erreurs, les aigreurs et les errances du passé doivent être mises de côté.
Demandons à nos amis politiques chacun de notre bord, quelles sont leurs idées sur l'avenir du port.
Quand on sait ( vous savez que c'est vrai) que des socialistes grands humanistes ont demandé de voter Commeinhes plutôt que Liberti, il ne peut pas y avoir de projet politique cohérent.
La majorité se gausse bien des querelles de sa sinistre senestre...
Que penser de tout ça?

Écrit par : fabrice | 08/07/2010

sur le port je pense que l'on s'égare.

Les grèves il y a longtemps qu'il n'y en a plus.

Quand aux dockers, la majorité a disparue. Pour les faire disparaitre on les a privé d'activité.

Les décisions pour les escales sont prises a Oslo, rotterdam, new york etc etc ...

Les décideurs ont massifiés les marchandises dans quelques ports pour minimiser les escales, les manutentions, et les acheminements.

L'état, n'a pas entretenu notre port, et aujourd'hui la région fait payer sa remise en état aux contribuables du languedoc roussillon pour servir quelques grands groupes qui promettent de l'activité.

IL y a des entreprises qui financent leur développement avec leur propre trésorerie.

il y en a d'autres qui financent leur développement avec le fric des contribuables ....

voilà quelque données en vrac !!!!

Mais ne vous imaginez surtout pas que le port a baissé a cause des grèves.

C'est un leure !!!!!

Le port a baissé par volonté politique. Politique avec un grand P mais pas avec une couleur.

Volonté Politique et Financière.

NB - quand aux emplois qui vont disparaitre avec la ZAC est, ceux ne sosnt pas les emploies du port. Ceux sont les emploies des entreprises qui se trouvent dans les environs.

Écrit par : chargé des commissions | 08/07/2010

Loulou,

Il y a du vrai dans ce que tu dis, mais le port de Sète garde toujours mauvaise réputation dans le monde maritime. Il garde la réputation que lui ont donné certains Présidents de la chambre de commerce qui dans des temps héroïque étaient gardé à la mitraillette, la nuit dans leur couloir par des dockers d'un syndicat. Et où il fallait être bien avec ce syndicat et tout rebelle était pris manu militari et amené en gare de Sète en lui tapotant gentiment la joue et en lui glissant dans la pochette de la veste ou de la chemise un aller simple pour Montpellier. Pour lui il n’y avait pas de retour possible, comme disent Chevalier et Laspalés dans leur sketch : « Ah ouais, y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes, hein ! «, comme disaient les anciens, il y a que les poissons du port qui peuvent le savoir.


Loulou, les surnoms des dockers de l’époque parlent d’eux-mêmes d’une façon claire et précise. Sète a été le port franc de la Suisse et le serait encore sans l’affaire des « chronomètres en or » et cela est un exemple parmi tant d’autres.


Etonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 08/07/2010

Honorable chargé de commission, je te suis sur beaucoup de points mais sur celui des dockers je suis sceptique. Nous avons tous eu des dockers dans nos familles. Au lieu de s'adapter ils ont appliqué la même ligne de conduite que les pêcheurs d'aujourd'hui( après mois le déluge et l'Etat sur lequel on crache tant paiera les pots cassés). Tu connais l'histoire du forfait le matin ( on se pointe et on va travailler au bar de son épouse ou au parc). A leur place j'aurais fait pareil pardi.
Je ne parle même pas des incompétents notoire dirigeant la chambre de commerce.
Tout un chacun à sa part de vérité dans ses propos à conditions de ne pas se voiler la face.
Dans les dockers, je n'englobe bien sur pas tous les dockers. Comme toujours une majorité était performante et consciencieuse, mais à force tu fais comme les autres, sinon tu es mis au pilori...
Pour le manque d'activité du port, il faut je pense plutôt chercher sur le prix de l'accostage et de la main d'œuvre. Mais on sait que la France est chère avec ses charges pléthoriques ne renflouant même plus nos déficits.

Écrit par : fabrice | 09/07/2010

il y voit bien le chargé des commissions !

"l'argent des dockers allait dans les caisses du commerce local" c'est vrai qu'il y avait des abus. Mais des abus il y en avait dans tous les ports français.

Je confirme : quand il y a eu la réforme des ports le fameux rapport beaupuy etc etc .... pour diminuer le salaire ds dockers on a privé les ports de travail.

Demain : il y aura du travail mais les salaires ne seront plus les mêmes. Quelques dockers vivoterons mais il y aura beaucoup de manutentionnaires.

Au lieu de gagner 20 à 30 000 frs par mois ils gagnerons 1000 à 1500 euros ...... et le tour est joué.

Le port de sète demain sera un port spécifique, un port ou va arriver des lignes qui s'ouvrirons selon la conjoncture mondiale (et selon les infrastructure que nous financerons avec le fric du contribuable). Des lignes que les grands ports de gène, fos ou barcelone refuserons.

(à suivre)

et les salaires des manutentionnaires ils seront dépensés dans les grandes surfaces. Là ou l'argent du tiroir-caisses remonte tous les soirs à Paris. Là ou il y a des emplois à 1000 ou 1200 euros

(la suite au prochain numéro)

Écrit par : roumagnole de sete | 09/07/2010

C'est très intéressant de vous lire. Bien sur que l'on pourrait re-dynamiser ce port , idéalement placé, sans avoir la prétention de rivaliser avec Rotterdam ou Barcelone. Il y a une place pour tout le monde, ce que l'on appelle des "niches". Encore faudrait il en avoir la volonté politique, rencontrer tous les intervenants, les professionnels, regarder en face les erreurs du passé pour ne plus les reproduire, et se retrousser les manches pour aller chercher des clients. Tant que cette démarche n'aura pas été faite je me refuse à condamner l'activité économique du port.

Écrit par : marion devineau | 09/07/2010

le syndicat dont vous parlez,sans en parler ,il n'était pas un peu noyauté?enfin ce que j'en dit...

Écrit par : la piccina | 09/07/2010

Je vous lis avec attention quand vous parlez du port, mais voubliez quand il y avait la gauche au pouvoir, Mr Liberti avait été charger par le ministre des transports de l'époque Mr Gayssot de faire une étude sur le cabotage vu que nous pouvons pas rivaliser avec Barcelone ou Génova. Ou est passer cette étude qui avait l'approbation du ministre


Eh oui

Écrit par : zappatore | 09/07/2010

Je voudrais avec du recul reprendre l'article de Monsieur Camélio sur le Syndicat majoritaire qui avait de curieuses méthodes,Ce syndicat et je vous le confirme a fait beaucoup pour les dockers et plus particulièrement sur l'embauche. Je me souviens que le matin les dockers se présentaient devant le contremaitre (comme des esclaves) pour travailler et je peux vous dire que c'était a la tête du client. Ce syndicat a instaurer le tour de role afin que tout le monde travaille et mange a sa faim. Quand les navires arrivaient avec des marchandises dangereuses ou sales, ce syndicat allait voir les patrons pour demander une prime et je peux vous dire que la prime était accepter dans l'heure qui suit. Je pense que si le port est tomber bas c'est d'abord la faute à la perte de l'Algerie et a la chambre de commerce qui est responsable de ne pas su évoluer

Voila cher Monsieur, j'espère avoir rétabli une petite part de vérité

Eh oui

Écrit par : Zappatore | 09/07/2010

Bien sur Monsieur Zapp a rétabli une part de vérité.

Sur le rapport de Monsieur LIBERTI, ce rapport existe, et quand il sortira du chapeau on dira que c'est grace à TARTANPION et non a LIBERTI le coco

Écrit par : le vrai gocho | 09/07/2010

Zappatore,

Il ne faut pas être si naïf.Ce syndicat et les patrons marchaient la main dans la main pour les intérêts particuliers des deux parties et non pour l’intérêt du port et l’avenir de la profession. Quand à tes avancées syndicales, il fallait bien donné un peu pour que ce syndicat reste crédible vis à vis de ses adhérents, c’est une évidence. Je te rappelle quand même que comme dans le livre les ouvriers étaient cooptés par le syndicat avec tout le népotisme que cela entraîne et puis imposés au patronat. Les patrons ne s’occupaient pas de la discipline, ni de la répartition du travail, il donnait leurs objectifs, le syndicat se chargeait du reste. Je passe sous silence l’aspect démocratique et les passes droits que cela entraînait.

Quand à la perte du trafic sur l’Algérie et le Maroc, une convention tacite avait été proposée, à savoir pas de mouvement de grève pour le déchargement du frais, c’est à dire des fruits et légumes, ce qui aurait permis d’assurer le trafic, cette convention a été refusée.

Mais ne parlons plus du passé, toutes les erreurs cumulée ont mis le port K.O. il faut essayer de construire sur les peu de bases qu’il reste : le trafic passager, ferry et la grande plaisance et surtout arrêtons les trafics lourdement subventionnés qui sont éphémères et qui dure le temps des subventions. J’ai encore la ligne des Balea res qui est ressortis quatre ou cinq fois et qui risque de nous ressortir encore un jour car les conneries c’est ce que l’on répète le plus souvent.


Etonnant ! Non ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 09/07/2010

Le syndicat a fait son boulot pour les ouvriers et certain ont abusé du système.
La CCI a été nulle sur tout les points avec une dynastie veillissante et dépassée.
La gauche par manque d'ambition et pour ne pas froisser une partie de ses électeurs girouette n'a rien fait ou bien est resté sur ses préceptes ( ex:Sud fertilisants: une trentaine d'emplois menacés dont certain n'habite pas à Sète , des électeurs se détournant du vote utile de part la pollution occasionnée et plus qu'occasionnelle).
Le centre qui cherche a mettre ses œufs dans n'importe quel nid.
Les verts atteint de cohn benditerie aiguë qui se focalise sur des combats d'arrière garde.
La droite plus que jamais avide d'argent et de pouvoir et ce à n'importe quel prix (mosquée à l'île de Thau, sabordage du FC sète, démagogie à outrance "Sète 2XXX).
Alors chers amis, réfléchissons et trouvons un vrai projet d'avenir le port, sinon ce sont des têtes "frêche" qui viendront nous donner la leçon.

Écrit par : fabrice | 09/07/2010

ne paarlez pas de grande plaisance !

François LIBERTI avait monté un dossier sur cayenne, tout était financé, pour zone technique, cale de carrénage gros tonnage, ou bateaux de pêche, et gros bateaux de plaissance pouvaient carréner.

Quand il a perdu son poste de Maire, le dossier a été entérré et les crédits abandonnés.

A Sète on veut du béton et des marinas

Écrit par : chargé des commissions | 09/07/2010

moi je suis en colère!à part gueuler au conseil municipal,personne ne s'est bougé le taffarin pour faire des actions contre tout ce béton qui me fait vomir:manifs,barrage contre les engins de chantier,je sais pas moi...ni les verts,ni la gauche.j'y serais bien allée moi,mais toute seule j'avais peur d'avoir l'air d'un con ,ma mère,d'voir l'air d'un con....

Écrit par : la piccina | 09/07/2010

Des idées, des idées!!!

Écrit par : fabrice | 09/07/2010

@ picxina

Vs parlez de manif,barrage contre les engins, jeme souviens du temps ou Mr Liberti était Maire etque les salins du Midi voulait empecher l'ouverture de la route,nous avons avec les copains passer la nuit a la belle etoile car les salins nous avaient envoyés les vigiles avec leurs chiens. Vs voyez qu'on en a fait des manifs et j'en ai d'autres a vs raconter pour les mineurs en gare de SEZTE

Eh oui

Écrit par : Zappatore | 09/07/2010

Zappatore,

Il y aurait eu un détournement de mineurs en gare de Sète ?

Écrit par : CAMELIO Jean-Louis | 10/07/2010

on ne va pas parler de nos souvenirs d'anciens combattants,c'est parce que je me souviens qu'à une époque pas si lointaine ,on se mobilisait plus facilementque que je râle devant tant d'inertie!!!gauche ou droite on bougeait!!

Écrit par : la piccina | 10/07/2010

Les commentaires sont fermés.