Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/04/2009

On a enfin compris ...... pourquoi il faut bétonner Saint Clair !

Il y a quelques jours, Monsieur le maire a déclaré :

"J’aime particulièrement Saint-Clair (...) , c’est le dernier refuge de la ruralité à Sète." (7 à 7)

Voici donc pourquoi il fait construire à tour de bétonnière sur notre colline : il veut des Sétois ruraux !

Henri Monnier avait écrit "On devrait construire les villes à la campagne car l'air y est plus pur!".

Commentaires

Je n'aime pas les maisons neuves
Leur visage m’est indifférent
Chacun à soi à sa demeure
Je n’aime pas les maisons neuves.

De qui est cette poésie ?

Pas de François le Chtio il préfère la poésie havraise mais eux ils ont une excuse, il n’y avait plus rien après les bombardements de la dernière guerre.

Et pourtant à l’époque où François le Chtio, me faisait le bisous en disant « ça va mon poulet », il est venu me voir en Corse. Les corses, ils sont presque aussi bien que nous les sétois. Donc ayant échappé à la vigilance de son épouse, il est venu avec moi prendre quelques digestifs avec des amis indigènes à la terrasse d’un établissement appartenant à la sœur d’un de mes frères insulaires. Là sous les étoiles dans le vieux Porto Vecchio, baigné par le son des guitares et des chansons du pays à vous tirer les larmes aux yeux dont Mamma pas celle d’Aznavour, non celle de mon ami Pierre Paul.Le vin aidant il m’a fait des confidences. On est entre nous cela ne sortira pas de la région, vous me le promettez, j'ai confiance, alors je m'exécute. Il m’a dit : " tout compte fait. Nous ne les aimons pas beaucoup les communistes, mais il faut être juste, ils ont su préserver Séte du béton , mise à part la ZUP".

Etonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 03/04/2009

la solution au betonnage est donc tout trouvé mon cher Jean Louis
LA METHODE CORSE BBBBOOOOUUUUUMMMMM !!!!
Aux armes setois, Sete aux sétois

Écrit par : y en a marre | 03/04/2009

pour jean louis:

LES VIEILLES MAISONS.



Je n’aime pas les maisons neuves :

Leur visage est indifférent;

Les anciennes ont l’air de veuves

Qui se souviennent en pleurant.

Les lézardes de leur vieux plâtre

Semblent les rides d’un vieillard ;

Leurs vitres au reflet verdâtre

Ont comme un triste et bon regard

J’aime les âtres noirs de suie,

D’où l’on entend bruire en l’air

Les hirondelles ou la pluie

Avec le printemps ou l’hiver;

Les escaliers que le pied monte

Sur les degrés larges et bas

Dont il connaît si bien le compte,

Les ayant creusés de ses pas;

Le toit dont fléchissent les pentes,

Le grenier aux ais vermoulus,

Qui fait rêver sous les charpentes

A des forêts qui ne sont plus.





Sully - Prudhomme (Les Solitudes).

Écrit par : napalm | 03/04/2009

moins poetique
mais.....putain que je vous aime camelio , y en a marre ,
et meme sully-prudhomme et tant pis s'il n'est pas d'ici
larvineva

Écrit par : larvineva | 03/04/2009

Pas de problèmes Larvineva, mais il faut que tu sois mon genre de femme. Cela est tout a fait normal. Comme disait ce bon vieux Georges qui était un connaisseur « la bandaison papa cela ne se commande pas ». Pour boucler la boucle, mon épouse se nomme Lucia, prononciation italienne Loutchià, a part au quartier haut ou à la marine tout le monde prononce lussia et elle n’aime pas ça ma vieille.

On y arrive, ne sois pas pressé c’est une valse. Elle se fait appeler Lulu.


Pour en revenir à mon genre de femme c'est ???????????Celles qui disent :

OUI.

Et qui ne vous emmerde pas après en mélangeant sexe et sentiment ainsi qu’ en vous appelant chéri après la cigarette ou les jour suivants. Moi quand je fais un dégagement avec mes potes épicuriens pas jusqu’au bout quand même. Nous aimons trop les femmes. Et que nous avons bien bu, mangé, rigolé et chanté, le lendemain je ne les appelle pas chéris.

Surtout le congre. Il est capable de lever la main sur moi ce qu’il a pas fait durant 55 ans 1 mois et trois jours. J’ai eu quelques temps des souvenirs incommodes de cette légère collation simple, joyeuse, laïque et collégiale le jour de son aniverssaire le 28 février, pour l'embêter, je lui dit qu'il est né le 29 et que par avarice (surtout lui), il le fête que tous les quatre ans.

On ne peut pas être et avoir été quoi que je téterais bien encore et j’ai une sacré sainte horreur des biberons. Tout est dans la tête, sans commentaire sinon nous n’arriverons pas au bout, là non plus pas de commentaire.

Je disais donc, nous avons décidé comme « Le Tambour » que nous ne grandirions pas. Vous voulez l’age de mon frère le congre, petit curieux. Je peux le dire Germain, on était d’accord que de cacher que celui de Papanou (Babar).Mémen il a eu 55 ans, chut ! J’ai rien dit que cela ne monte pas par les escaliers de chez lui à l’hospitalet. Allez en prime je vous donne le mien 59 ans à la Saint Louis.

Revenons à non moutons comme dit M. Avalone,.

il n’y a jamais de règles établies en amour comme ailleurs, il suffit d’avoir la volonté de les changer et les faire adopter par la majorité (Medze, je ne parle pas des partouzes là, petit vicieux.) donc si les deux vont de pairs sexe et amou c’est l’osmose. Tu es arrivé au nirvana sans fumer la moquette. Tu as les doigts de pieds qui tremblent.

Le problème avec l’age, je ne sais, si je pourrais leur faire encore dire :
AAAAAAAAAAAAAAOUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ? Sans l’aide de produits pharmaceutiques.

Heureusement que je ne suis pas une femme. Si tel avait le tas, je pense à l’inverse du bon vieux Georges que j’aurais rigolé beaucoup surtout si mes parents m’avaient appelés Thérèse et pas besoin de me tenir moi que du librement consenti.

Medze, l’osmose ce n’est pas quand le polyester du bateau est vérolé.


Larvineva, je plaisante et tu t’en doutes bien. Mais sérieusement aussi j’ai apprécié tes connaissances sur le quartier haut et tu m’as esplanté.

Loulou excuse moi, je sais. Mais quand une fille me dit au printemps, je t’aime. Même et peut-être surtout à mon age. Je me crois revenu le dimanche à Frontignan en deuxième séance, bien au fond de L’Escaut (cinéma qui n’existe plus). Je me suis jamais souvenu des films qu’ils passaient ni le jour même et encore moins le lendemain. Ce dont je me souviens c’est que les gamins étaient devant sur des chaises en bois et qu’ils criaient en regardant l’écran, ce qui est un risque de dangerosité si ta partenaire sursaute par surprise.

Etonnant ! Non ?

Écrit par : Jean-Louis CAMELIO | 03/04/2009

il a vite oublié les 125 %

Écrit par : y en marre | 03/04/2009

Les commentaires sont fermés.